Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

L’Algérie profonde

BRÈVES du Centre

©D. R.

Bombardement du village le 6 mai 1957 : Le arch Iwaquren de Bouira se souvient
Le comité du village Raffour, dénommé Tajmaâth Iwaquren, a commémoré la date historique du 6 mai 1957 en présence du wali, Mustapha Limani. Des gerbes de fleurs ont été déposées au cimetière des martyrs de Raffour et au cimetière des martyrs d’Ighzer Iwaquren au monument Tala. Des activités culturelles se rapportant au théâtre, à la poésie et au chant ont été programmées ; une waâda a été offerte aux visiteurs venus si nombreux assister à la commémoration de cette date historique. Il faut rappeler que la date du 6 mai 1957 est restée gravée dans la mémoire des Iwaquren qui ont vécu le bombardement de leur village. Les bombardements incessants et meurtriers ont contraints les populations des Iwaquren à se déplacer vers la plaine de Raffour. En cette journée douloureuse, l’armée française avait encerclé le village Ighzer Iwaquren, en utilisant des renforts impressionnants, et en quadrillant toute la région par le stationnement de plusieurs troupes particulièrement à Maillot, Takarboust, et jusqu’aux confins de Tazmalt, filtrant ainsi toutes les entrées et les sorties. Les citoyennes et citoyens de Raffour glorifient cette journée pour honorer la mémoire de celles et ceux qui se sont sacrifiés pour libérer l’Algérie du joug colonial et lui permettre d’accéder à l’indépendance.

Farid Haddouche

Tamanrasset : La livraison des logements de la police tarde
Achevés à 100% depuis des mois déjà, les logements de fonction de la police réalisés à la cité In Kouf, dont le nombre s’élève à seulement huit, ne sont toujours pas attribués. Selon le chef de la Sûreté de la wilaya de Tamanrasset, le commissaire divisionnaire Makkid Okkache, “ce retard dans la livraison est causé par le non-raccordement de cette nouvelle cité police au réseau de l’éclairage public. On ne peut pas les attribuer aux bénéficiaires sans cette commodité indispensable”. Les bénéficiaires, à savoir les cinq chefs de sûretés urbaines, le médecin et le vétérinaire de la Sûreté de wilaya et un cadre de la police non encore désigné, doivent encore prendre leur mal en patience, puisque la résolution de ce “faux problème” qui, selon M. Okkache, relève des prérogatives du P/APC et de la direction de distribution du gaz et d’électricité de Tamanrasset, n’est pas pour demain. Une accusation rejetée en bloc par le représentant de la DDE de Tamanrasset qui a, en renvoyant la balle au P/APC, expliqué que “les logements en question ont été raccordés au réseau d’électricité depuis décembre 2017. Maintenant, pour ce qui est de l’éclairage public, c’est le travail de l’APC”. Interrogé à ce propos, le P/APC de Tamanrasset, Cheikh Badi, affirme, pour sa part, qu’il n’a jamais été saisi au sujet de cette affaire, encore moins de ce dossier dont la solution peut être prise en un clin d’œil.

RABAH KARÈCHE


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER