Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

En raison des restrictions budgétaires à AKBOU

Cinq villages en attente du gaz de ville à Chellata

© D.R.

Cinq villages de la commune de Chellata dans la daïra d’Akbou sont toujours en attente du raccordement au réseau de gaz naturel. En effet, les travaux déjà entamés dans une dizaine de villages, ont été arrêtés en raison des restrictions budgétaires.
Le projet, tant attendu, peine à voir le jour d’autant que cinq des 14 villages que compte la commune, dont le chef-lieu de Chellata, Alma, Aït Mkadem, Aït Heyani, Aït Annane sont concernés.
Avec l’arrêt en raison de l’austérité budgétaire, c’est tous ces villages, qui se retrouvent au même point, alors que certains d’entre eux culminent à plus de 1000 mètres d’altitude. C’est du moins ce qu’a indiqué un membre du comité du village d’Alma. Selon lui, les travaux pour la réalisation de la conduite principale ont débuté en 2015, mais ils sont à l’arrêt. Les autorités évoquent le problème d’austérité qui n’a épargné aucun secteur. “Après plusieurs requêtes adressées aux services concernés et une série de rencontres avec les autorités, dont l’ancien wali de Béjaïa, le problème n’est toujours pas réglé”, affirme-t-il. “Le nouveau wali lors d’un déplacement dans la région, a promis que les villages concernés seront alimentés le printemps prochain, mais vu l’arrêt des travaux actuellement, le doute plane”, a-t-il enchaîné. En effet, ces localités qui devaient être touchées par le réseau dans le cadre de la deuxième tranche du projet de 2012 sont toujours en attente du combustible. Austérité oblige, le projet est remis aux calendes grecques. Et ce sont les habitants qui en pâtissent à chaque arrivée de l’hiver. En effet, dans cette localité, les habitants font face à des hivers rigoureux et la bombonne de gaz ne suffit pas pour faire face au grand froid qui sévit. “Cette région, qui a payé un lourd tribut durant la révolution mérite mieux”, ajoute avec dépit notre interlocuteur. Un autre habitant du village a évoqué, quant à lui, l’absence du réseau de la fibre optique. Ce qui oblige les jeunes, les étudiants et les enseignants à faire le déplacement jusqu’à Akbou pour pouvoir consulter une information, préparer un exposé, imprimer un article, etc. Occasion aussi pour notre interlocuteur de poser le problème de la salle omnisports. “Pour le téléphone, nous nous contentons de l’ancien réseau et la salle omnisports n’est toujours pas fonctionnelle”, indique ce membre du comité du village, qui reconnaît cependant que s’agissant de la salle de sports, les équipements sont prêts, mais pas encore installés. Pour cet enfant du village, le souhait des habitants, c’est que les autorités se manifestent afin d’améliorer un tant soit peu leur cadre de vie, à commencer par le déblocage du projet de gaz de ville d’autant que l’hiver pointe à l’horizon.
Le projet avait suscité beaucoup d’espoir mais cet abandon, inexpliqué et inexplicable, est source d’inquiétude “car on ignore quand il sera relancé. J’espère qu’il le sera d’autant que l’actuel wali s’y était engagé publiquement il n’y a pas longtemps.”


Hakim Kabir


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER