Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Aïn Bessam (BOUIRA)

Des citoyens dénoncent l’“hégémonie” des transporteurs

©D. R.

Dans une pétition signée par une centaine d'usagers des transports de voyageurs privés de la commune de Aïn Bessam et adressée au wali de Bouira, ainsi qu'au directeur des Transports (DTW) local, ces citoyens s'insurgent contre le diktat des transporteurs desservant la ligne Aïn Bessam-El Hachimia. Dans leur missive, dont une copie a été remise à Liberté, les pétitionnaires indiquent que certains transporteurs privés traitent les voyageurs comme du bétail, et ce, au mépris total de la réglementation. Selon eux, certains transporteurs de cette ligne ne respectent nullement les arrêts qui leur sont imposés, mieux encore, précisent les requérants, “ils piétinent la réglementation” en desservant telle localité au détriment d'une autre. Ainsi et à en croire ledit document, des transporteurs organisent eux-mêmes leurs mouvements, en fonction de l’ordre de leur présentation à la station de bus, faisant la chaîne les uns après les autres et ne prenant le départ qu’une fois tous les sièges occupés.
Cette “organisation” appliquée au niveau de la station de bus de la daïra d'El-Hachimia, ou en encore Aïn Bessam, a créé selon les pétitionnaires, une situation où ces derniers se retrouvent “otages” du bon vouloir de ces transporteurs. Selon les rédacteurs de cette missive, l'insuffisance en matière de transport serait due au diktat des transporteurs, qui sont accusés d’appliquer leur loi, sans se soucier de la réglementation et encore moins de l’intérêt public. Pour eux, cette anarchie a également créé un manque de transport au niveau de certaines zones reculées de la région de Aïn Bessam. La profession de chauffeur de taxi n'a guère été épargnée par ces citoyens, qui demandent aux autorités de “sévir avec la plus grande fermeté” à l'égard de certains chauffeurs de taxi. Pour mieux étayer leurs dires ces requérants citent pour exemple un trajet d’à peine 10 kilomètres entre El-Hachimia et Aïn Bessam. “Ces taxieurs comptent la course à 400 DA et exigent 100 DA pour deux kilomètres de plus. En effet, pour parcourir une dizaine de kilomètres, l’addition peut s’avérer très salée”, est-il mentionné. Ces pétitionnaires affirment que les premières victimes de cette “hégémonie” des transporteurs privés restent les écoliers et les travailleurs qui ne peuvent arriver à l’heure.

RAMDANE BOURAHLA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER