Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Bouira

Flambée des prix des fruits et légumes à Bouira

©D. R.

Les prix des fruits et légumes ont flambé d’une manière exponentielle au niveau des différents marchés de la wilaya de Bouira.
Une virée, hier matin, dans le marché couvert, situé en plein centre de la ville de Bouira, nous avons constaté qu’un grand nombre de citoyens venus faire leurs courses sont repartis les mains vides. Des prix inabordables. Le prix de la pomme de terre était de 60 DA, alors que la wilaya de Bouira est considérée comme la wilaya productrice de ce tubercule. La salade verte est hors de portée. Son prix a atteint les 200 DA/kg, un prix jamais atteint, même au temps des grandes pénuries. Les haricots verts son cédés à 200 DA/kg, alors qu’ils se négociaient, il y a peu de temps, à moins de 100 DA. Même en juillet et au début du mois en cours, période des fêtes, le prix était abordable. La courgette a, de son côté, pris des galons en s’affichant à plus de 170 DA/kg. Les choux et chou-fleur ont transformé leurs feuilles en ailes pour s’envoler et atteindre les 80 DA/kg. La tomate, légume de saison au côté des piments, leurs prix sont passés du simple au triple. Les fruits ne sont pas restés en rade de cette fièvre où le prix du raisin varie 250 DA et 300 DA. Les pêches se vendent à 300 DA, les nectarines à plus de 250 DA. Les fruits locaux tels les figues et les figues de barbarie sont eux aussi cédés à des prix élevés. Face à cette situation, le simple citoyen ne sait plus à quel saint se vouer, surtout en cette période difficile coïncidant avec la rentrée sociale et la fête de l’Aïd.

A. DEBBACHE


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER