Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

BÉJAÏA

Inspection des commerces de la côte de Melbou

L’intransigeance des agents de contrôle est de mise. © D.R

Les inspecteurs de la direction du commerce ciblent notamment les lieux de restauration, les boucheries, les poissonneries, les ventes ambulantes, les épiceries et boulangeries, sis près des centres de vacances et des plages.

La direction du commerce de la wilaya Béjaïa a mobilisé, lundi, ses agents pour une opération de contrôle sur le terrain. Le choix a été porté sur un quartier de la station balnéaire de Melbou. L’enjeu : contrôler et sévir, le cas échéant, contre les pratiques commerciales malveillantes. Mais aussi veiller à la sécurité alimentaire des consommateurs. Et pour cause : le risque d’intoxication alimentaire n’est pas à exclure en cette période de grandes chaleurs.
Et dans le cas d’une station balnéaire comme la ville de Melbou, c’est aussi synonyme de prolifération de commerces informels occasionnels. D’où l’importance de ces sorties de contrôle des inspecteurs de la direction du commerce, qui ciblent notamment les lieux de restauration, les boucheries, les poissonneries, les ventes ambulantes, les épiceries et boulangeries, sis près des centres de vacances et des plages.
Pour le directeur du commerce à Béjaïa, Tria Lakhdar, “c’est un contrôle de routine”. Il y a un programme entamé avant le début du Ramadhan dernier. Les brigades sont constituées au moins de deux agents. L’opération de contrôle en cours est un peu spéciale, dans la mesure où elle est limitée dans le temps, en l’occurrence à la saison estivale. On privilégie notamment les débits de boissons, les lieux de restauration, les boulangeries. Sur place, le chef d’enquête, Aït Saïdi Mourad, explique que le contrôle porte surtout sur des produits alimentaires et non alimentaires. C’est le cas notamment des produits sensibles (les crèmes, les viandes hachées, les merguez, les boissons, notamment l’eau) et leur mode de conservation. “L’eau doit être à l’abri de la chaleur et des rayons du soleil.” Il explique en substance que les rayons ultraviolets font des dégâts. Le plastique peut causer du tort aux “qualités intrinsèques du produit”, notamment lorsque le contenu est exposé à l’extérieur au soleil, aux microbes et où le consommateur a tendance à toucher. Notre leitmotiv : “De l’étable à la table ; de la fourche à la fourchette.” Tout un programme qui exige la mobilisation non seulement des inspecteurs du commerce mais l’implication effective de plusieurs acteurs institutionnels, à l’instar de leurs collègues du tourisme, de la santé, des services agricoles, de l’environnement et bien sûr des collectivités locales, plus précisément des élus. Sur le terrain, en plus du contrôle visuel direct que l’on effectue par observation spontanée et par le contrôle de la qualité du produit mis en vente, on a un labo ambulant, explique M. Aït-Saïdi. Un matériel sophistiqué. Il y a d’abord un test qui sert au contrôle de l’huile de friture notamment. “Quand la couleur vire au rouge, elle est donc toxique”, explique l’un des autres techniciens accompagnateurs.
Et dans la valisette, il y a trois thermomètres. L’un à infrarouge pour le contrôle de la température. Un autre, qui est plongé à l’intérieur du produit, soit des viandes, des fromages (gruyère ou rouge). Le commerçant, qui est en infraction, se voit saisir son produit ; il est détruit ensuite. Les petites quantités sont détruites sur place. Les grandes quantités sont détruites dans le cadre de commissions mixtes, en collaboration avec les bureaux d’hygiène communale (BHC) des APC concernées. Car l’opération exige plus de moyens pour l’incinérer dans les décharges publiques ou pour son enfouissement. Un PV de constat est établi et le commerçant doit le signer. L’affaire est ensuite portée en justice. Les fermetures urgentes ne sont pas exclues lors de ces opérations de contrôle.


M. OUYOUGOUTE
 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER