Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Tamanrasset

La DGSN prévoit la formation de guides touristiques

© D.R.

 Lancée depuis plus de  six ans, l’école de  police de la wilaya de Tamanrasset sera opérationnelle dans moins de cinq mois. Sa mise en service sera faite à l’occasion de la Journée nationale de la police, célébrée le 22 juillet de chaque année. C’est ce qu’a indiqué, tout récemment, l’inspecteur régional de la police du Sud, le contrôleur Naver Taïbi, lors d’une conférence de presse animée à l’unité de maintien de l’ordre. Selon le conférencier, cette nouvelle dotation entre dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie adoptée par la Direction générale de la Sûreté nationale portant élargissement de la couverture policière à travers l'ensemble du territoire national. L’école  dont les travaux de réalisation ont franchi la barre des 95%, sera essentiellement axée sur la prise en charge des incorporés des quatre wilayas du grand Sud, ainsi que sur la formation des policiers des pays voisins, le Niger et le Mali en l'occurrence. Les jeunes de l’extrême Sud désirant intégrer ce corps de sécurité n’auront plus à parcourir de longues distances pour participer aux concours organisés par le secteur, puisqu’ils seront désormais pris en charge au niveau local. Au programme de cette structure de formation permettant de rapprocher les jeunes de l’administration de police en leur épargnant les longs déplacements et les contraintes y afférentes, est également prévue la formation de guides et de policiers dans les langues dominantes, compte tenu de la vocation touristique de la région. Cette démarche vise principalement à instaurer une politique de communication dans cette grande partie du pays qui constitue un lieu de villégiature très prisé par des touristes, notamment étrangers. Il convient de noter par ailleurs que la commune de Tamanrasset sera dotée aussi d'un laboratoire régional de police scientifique et technique ainsi que de deux sûretés urbaines implantées dans les quartiers de Guetaâ El Oued et Tahaggart. Selon M. Taïbi, la réalisation de ses infrastructures est respectivement achevée à 50, 90 et 85%. La brigade mobile de police judiciaire bénéficiera d’un nouveau siège à la cité Adriane, dont le taux d’avancement dépasse les 90%. Ces réalisations seront renforcées par la construction, au chef-lieu de wilaya, d’un nouveau siège destiné au service régional des moyens techniques. Les villes frontalières ne sont pas en reste puisque plusieurs projets similaires sont prévus.


RABAH KARECHE


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER