Scroll To Top

L’Algérie profonde / Centre

Séminaire sur le cancer à Tizi Ghennif (Tizi Ouzou)

La situation des cancéreux en débat

© D.R

La campagne de dépistage a connu un grand engouement.

L’association A-Rahma de Draâ El-Mizan d’aide aux personnes atteintes de cancer, en collaboration avec les comités du Croissant-Rouge algérien de Tizi Ouzou et de Tizi Ghennif ainsi que l’APC de Tizi Ghennif, a organisé, la semaine dernière, un séminaire de sensibilisation au cancer dans toutes ses formes à la salle omnisports de la ville. En effet, devant une assistance nombreuse et de nombreux invités, dont le corps médical de l’EPH de Draâ El-Mizan, une représentante du ministère de la Solidarité nationale, le P/APC de Tizi Ghennif a souligné que la campagne de dépistage de cette maladie qui s’est étalée sur deux jours (27 et 28 mars dernier) a été une grande réussite. “Nous avons inscrit un millier de personnes à ausculter, mais, par manque d’expérience, nous n’avons pas pu satisfaire tout le monde et nous nous engageons à organiser, dans les prochains jours, une autre campagne similaire pour permettre un dépistage beaucoup plus large”, a déclaré le président du comité local du CRA. Mahmoud Ouazar, en sa qualité de président de l’association A-Rahma, a brossé un tableau sombre de la situation des cancéreux, non seulement à travers tout le territoire national mais aussi de la région. “Le cancéreux est un laissé pour compte. Il est livré à son sort parce que tout manque. Nous avons beau batailler pour sa prise en charge, mais nous sommes confrontés à de nombreux problèmes. C’est une bataille qu’il faudra mener pour placer un malade dans une structure parce qu’il y a un manque énorme de places. Donc, c’est un combat que nous devons mener ensemble. Notre souhait est d’arriver à créer une unité d’oncologie dans notre hôpital”, a-t-il déclaré. 
Le même orateur ira même jusqu’à affirmer que “l’hôpital de Draâ El-Mizan dispose de l’espace adéquat, et son directeur a donné son accord pour accompagner ce projet, alors qu’au niveau de la pharmacie centrale, son premier responsable est prêt à nous aider. Il faut œuvrer ensemble afin d’obtenir l’accord du ministère de la Santé où j’ai déposé un dossier bien ficelé et argumenté à ce sujet. Main dans la main, associations, maires, élus à l’APW, à l’APN et chefs de daïra, pour obtenir ce service qui règlera le problème de centaines de malades atteints de cancer”. “Le cancer ne tue pas s’il est diagnostiqué précocement, et c’est grâce à la création d’unités d’oncologie qui ne demandent pas vraiment de gros moyens matériels et financiers que cette maladie reculera”, a souligné Mme Sakhri dans son intervention. 
Tout au long de son exposé, Mme Sakhri a mis en relief tous les autres facteurs qui participent à l’amplification de cette maladie. Chiffres à l’appui, elle a démontré que le cancer avance à grands pas, puisque “1581 nouveaux cas ont été pris en charge par le CHU Nédir-Mohamed, dont 350 cas de cancer du sein, 154 du colon, 128 cas de la prostate, 292 en hématologie dont 96 enfants avec à la clé 17 317 consultations spécialisées et 26 845 séances de chimiothérapie, le tout pour une enveloppe financière de 174 milliards de centimes”.


O. Ghilès 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER