Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

SEBGAG (LAGHOUAT)

La ville croule sous les déchets

©D. R.

Un phénomène a pris de l'ampleur ces derniers mois, c'est la prolifération des déchets dans tous les secteurs du chef-lieu de la commune de Sebgag dans la wilaya de Laghouat et ce, au grand dam des citoyens qui évoluent désormais dans un environnement malsain. Conscients de l'impunité, des habitants peu scrupuleux et autres entrepreneurs indélicats, déversent leurs gravats dans les terrains vagues et même dans les espaces de servitude ! À titre illustratif, aucun des anciens et nouveaux quartiers de la ville n’est épargné par cette désolante situation. Des propriétaires de logements entreprennent des travaux d'aménagement en toute quiétude et les sacs de gravats sont jetés sous leurs fenêtres ! Ces agissements indélicats prennent de l'ampleur puisque les élus locaux ne semblent pas réagir et ne veillent pas à l'application des lois de la République. Désormais, ces carences impardonnables encouragent ceux qui agressent leur voisinage et l'environnement. Ainsi, la ville, pourtant à vocation touristique, reflète concrètement ce laisser-aller puisque des quintaux de gravats sont abandonnés par certains riverains qui ne craignent aucune amende ou réaction des services municipaux. Citoyens et autorités se rejettent la balle dans une partie de ping-pong qui n’aura jamais de vainqueur, mais qui, entretemps, défigure l’image déjà suffisamment ternie de la ville. Pourtant, c’est le geste qui compte, aussi anodin fût-il, comme celui de jeter un papier de bonbon par terre. Plusieurs citoyens comptent se lancer dans de vastes opérations de nettoyage et d’éradication des décharges anarchiques, mobilisant, outre les moyens de la commune, toutes les bonnes volontés en mesure de redonner un visage plus serein à leur ville qui croule sous des tonnes d’ordures, de gravats et d’objets hétéroclites. Dans un passé assez récent, les municipalités disposaient des services de plusieurs garde-champêtres qui arpentaient tous les secteurs de la commune pour veiller sur la salubrité, la quiétude et la santé de la population. À l’époque, aucune incartade et aucun dépassement n'étaient tolérés par ces agents assermentés qui faisaient preuve de dynamisme et d'efficacité.

BOUHAMAM AREZKI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER