Scroll To Top

L’Algérie profonde / Centre

Avec la hausse de la demande sur la viande à Médéa

L'abattage clandestin revigoré

© D. R.

Profitant de la forte demande de viande durant le mois sacré, des boucheries illégales se mettent en place pour inonder les marchés d'importantes quantités de viande provenant de lieux d'abattage clandestin, comme déjà constaté par les brigades mixtes de contrôle.

En effet, avec la hausse de la demande durant le Ramadhan, des personnes sans aucun scrupule parviennent à mettre des quantités de viande suspectes, non estampillées par les services vétérinaires sur les marchés et à des prix bien inférieurs à ceux pratiqués dans les boucheries. 

Des citoyens appâtés par les prix modérés, n'hésitent pas à s'approvisionner auprès de ces commerçants occasionnels qui ne s'embarrassent pas d'écouler leur viande provenant d'abattages clandestins.

Le premier jour du Ramadhan, des personnes ont tenté d'écouler de la viande provenant de 2 tueries clandestines à Sedraya, 80 km à l'est du chef-lieu, mais empêchés in extremis par la Gendarmerie nationale qui y a découvert pas moins de 150 carcasses ovines et 2 carcasses ovines.

Dans l'objectif de lutter contre ce phénomène, le wali, Djahid Mous, a instruit les services concernés, à l'occasion de la visite des marchés de la solidarité du chef-lieu, pour intensifier les contrôles afin de réduire le phénomène d'abattage illégal, de réprimer les pratiques commerciales frauduleuses et la spéculation sur les produits de large consommation.

La wilaya de Médéa compte 2 abattoirs et 8 tueries disséminées à travers les communes où le contrôle de la santé des bêtes se fait d’une manière systématique par les vétérinaires et les agents chargés de l’hygiène communale.

Ainsi, les agents du contrôle ont été chargés de vérifier si la viande mise à la vente est saine et fraîche pour la consommation humaine, et aux vétérinaires de veiller au respect des conditions de santé du cheptel destiné à l’abattage, à la préservation de l’environnement des lieux d’abattage et à la vérification du fonctionnement des chambres froides destinés à la conservation des carcasses et des températures.

En outre, il est préconisé de sensibiliser la population sur les dangers que représentent l’abattage clandestin et la consommation de la viande provenant de ces abattages, de responsabiliser les employés des abattoirs et tueries sur la santé des bêtes.

D’aucuns ont pointé un doigt accusateur du côté de certaines boucheries qui n'hésiteraient pas à écouler de la viande d'agnelle proposée en tant que viande d'agneau ou proposent aux consommateurs non avertis des organes et des abats impropres à la consommation, manipulant les denrées d'origine animale sans gants.
 

M. EL-BEY


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER