Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Urgences médico-chirurgicales

Le CHU de Tizi Ouzou et l’EHS Sbihi dépassés

La clinique Sbihi enregistre des taux d’occupation allant jusqu’à 127%. © D.R

Cette situation est générée du fait que le CHU reçoit 82% des personnes évacuées par les EPH et les EPSP de la wilaya et même des wilayas limitrophes.

Les participants au séminaire sur la prise en charge des urgences médico-chirurgicales, organisé avant-hier à Tizi Ouzou, ont dressé un constat, pour le moins que l’on puisse dire, des plus alarmants concernant le CHU Nédir-Mohamed et l’EHS gynéco-obstétrique, Sbihi-Tassadit, dont les capacités à faire face à toute la demande en matière d’urgences sont très largement dépassées.
Les chiffres dévoilés à l’occasion de ce séminaire illustrent, on ne peut plus clairement, toute la gravité de cette situation qui aurait pu être évitée si seulement le nouveau CHU de Tizi Ouzou et le complexe mère-enfant avaient été réalisés comme promis par les autorités nationales qui ont finalement décidé de leur gel dans le cadre du plan d’austérité.
Selon Dr Senane qui a présenté un état des lieux des urgences médico-chirurgicales des EHS, la clinique Sbihi qui ne compte que 82 lits enregistre des taux d’occupation allant jusqu’à 127% comme fut le cas notamment en 2015. Avec une équipe de seulement 18 spécialistes et 9 généralistes, la clinique Sbihi, a expliqué Dr Senane, a enregistré, durant l’année 2017, une moyenne de 26 accouchements par jour, soit un total de 9572 accouchements, dont 4106 par césarienne. “Si on prend en considération toutes les consultations, le nombre total réalisé en 2017 est de 26 089 consultations médicales toutes spécialités confondues”, a-t-elle encore précisé avant d’ajouter que depuis le début 2018, le nombre des consultations a déjà atteint 8143 et le nombre d’accouchements 3964. “Malgré le jumelage des EPH par région qui a été mis en place depuis 2016 et qui a donné des fruits, la situation demeure difficile dans cette unique clinique gynéco-obstétrique qui fonctionne toujours au-delà de ses capacités et dont l’offre de soins est largement dépassée par la demande”, a alerté Dr Senane tout en soulignant que la contrainte majeure de cet établissement est surtout son exiguïté. S’agissant de la prise en charge des urgences au CHU Nédir-Mohamed, Dr Oukid a, pour sa part, révélé qu’avec une capacité de 51 lits, le service des urgences du CHU dans ses deux compartiments, médical et chirurgical, a accueilli 85 455 malades en 2017. “L’organisation des urgences nécessite une véritable amélioration et des solutions doivent être apportées en urgence en ce qui concerne les problèmes de sécurité et d’hygiène hospitalière”, a souligné le même médecin. Cette situation est générée, selon les chiffres fournis à l’occasion, du fait que le CHU reçoit 82% des personnes évacuées par les EPH et les EPSP de la wilaya et souvent même des wilayas limitrophes. Une situation face à laquelle le DSP Abas Ziri a jugé urgent de mettre en place un schéma directeur de prise en charge des urgences médico-chirurgicales dans la wilaya.


Samir LESLOUS

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER