Scroll To Top

L’Algérie profonde / Centre

Direction de la jeunesse et des sports de Bouira

Le directeur et son chef de service contestés

© D.R

La contestation au niveau des directions de la wilaya de Bouira commence à s’accentuer, “dopée” par la révolte populaire contre le régime. En effet, après les employés de la direction de la santé publique (DSP) locale, qui demandent le départ de leur directrice, avant-hier jeudi, c’était le tour de ceux de la direction de la jeunesse et des sports (DJS) de manifester contre leur directeur et son chef de service, en réclamant leur départ. En effet, ils étaient plusieurs dizaines de fonctionnaires de la DJS à s’être rassemblés devant le siège de cette institution dans le but de dénoncer ce qu’ils ont qualifié de “mafia” qui gère le sport à l’échelle de la wilaya. Munis de pancartes et autres banderoles, où on pouvait lire notamment “DJS dégage”, “On a en marre de la corruption” ou encore “Les sportifs de Bouira veulent assainir le secteur”. Selon les manifestants qui affirment avoir des “preuves irréfutables” sur ce qu’ils qualifient de “graves dépassements” de la part du DJS de Bouira, ce dernier aurait, selon eux, contribué directement ou indirectement à la déliquescence du secteur à l’échelle locale. Parmi les griefs retenus par les protestataires, ces derniers mentionnent entre autres des dépenses “abusives et non contrôlées” par l’administration, “la complaisance” concernant les affectations et transferts, ainsi que le “gel des postes des promotions”, au niveau de son administration, etc. Ainsi, dans une correspondance envoyée au ministère de tutelle et datée du 1er février dernier, dont une copie nous a été remise, ces fonctionnaires avaient déjà alerté l’ex-ministre de la Jeunesse et des sports (MJS), sur ce qu’ils ont qualifié de “graves dysfonctionnements” au sein de la DJS de Bouira. En effet, concernant le dossier des œuvres sociales, les manifestants indiquent qu’ils n’ont nullement bénéficié des avantages que devraient leurs cotisations, pire encore, ils affirment qu’ils n’ont pas vu le moindre sou depuis plus de six ans. “Où est passé l’argent ? Qui profite des voyages et autres avantages ? On se le demande. Une chose est certaine en tout cas, les travailleurs et les cadres de la DJS n’ont jamais profité de ces avantages”, déclarent nombre de protestataires. Selon ces derniers, les diverses primes, notamment celles de l’Aïd et le rendement collectif, n’ont jamais été versées dans les temps. “Avec ce directeur, il faut continuellement se battre pour arracher nos droits. Cela fait des années que ce manège dure et il est temps que le ministère prenne ses responsabilités et mettent fin aux agissements de ce monsieur et son entourage”, ont-ils indiqué. Le chef de service sports, au sein de la DJS, a été également pris pour cible lors ce rassemblement. En effet, selon les contestataires les budgets dégagés dans le cadre du fonds de wilaya et destinés aux associations sportives “ont été détournés”, selon leurs dires, tout en accusant ledit chef de service de “complicité”. Face à ces accusations, le DJS de Bouira, M. Djamal Djender, défi ses détracteurs d’apporter la moindre preuve de ce qu’ils avancent. “Je n’ai de compte à rendre à personne sauf à Dieu et à ma tutelle (…) Si les accusations proférées sont véridiques, alors qu’ils apportent la preuve de ce qu’ils avancent”, les a-t-il défiés.   

RAMDANE BOURAHLA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER