Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Bouira

Le prix du litre d’huile d’olive en hausse

Le litre d’huile qui était cédé auparavant entre 500 et 600 DA, selon la qualité, vient de connaître une autre hausse démesurée qui a atteint les 700 dinars le litre, et cela malgré les prévisions optimistes des services concernés sur la campagne oléicole qui se déroule, assurant qu’elle sera des plus abondantes en matière de production. Elle dépasserait selon les estimations des services agricoles (DSA) les 7 millions de litres d’huile d’olive, censés être une moisson record. Apparemment, c’est l’effet contraire qui s’est produit quant à la baisse des prix du litre d’huile, eu égard à la surproduction attendue. Nous remarquons qu’au niveau de quelques régions de la wilaya de Bouira notamment celles réputées par leur culture oléicole, que l’huile de la dernière récolte se vend à 700 DA le litre, notamment à la hauteur de plusieurs huileries, contrairement à l’huile d’olive de la saison précédente qui coûtait 600 dinars tout au plus.
Malheureusement, la spéculation qui ne date pas d’aujourd’hui, s’est imposée depuis quelques années déjà dans la filière oléicole pour imposer le coût financier et commercial de l’huile d’olive nonobstant l’amélioration de la production assez remarquée ces dernières années. Il est probable que le prix du litre d’huile d’olive actuel annoncé à 600 voire 650 DA connaîtra une autre hausse, en l’absence d’organisme de régulation et de contrôle d’autant plus que la production de l’huile d’olive est jugée cette fois-ci moyenne, à cause de plusieurs facteurs, dont celui climatique qui n’a pas été avantageux pour le développement de ce fruit, et d’autres raisons encore qui ont désavantagé une meilleure récolte tant espérée par les oléiculteurs. Comme l’alternance saisonnière fait que l’olivier produit une fois tous les deux ans, et ajoutons à cela, l’absence d’organisation du circuit de commercialisation de l’huile d’olive, font que le prix de cette dernière sera si élevé.
Certainement “puisque la vente d'huile d'olive échappe à toute norme régissant ce marché faute de dispositifs devant permettre de prendre en charge la régulation de la vente de ce produit. Pis encore, la fixation du prix du litre d'huile d'olive se fait en dehors d'une réelle étude de marché. Au moment où la récolte s'annonce bonne pour cette année (plus de 7 millions de litres) selon les prévisions de la direction des services agricoles (DSA) le prix du litre continue de grimper” , a fait remarquer un oléiculteur.
Ces jours-ci, il est cédé entre 600 et 650 dinars. À ce titre, nous avons rencontré des citoyens qui l’ont dès à présent payé à 700 dinars dans une huilerie de la région de Bouira. Cette hausse des prix qui persiste depuis quelques années prouve que les oléiculteurs comptent beaucoup tirer des gains considérables de leur récolte qui reste, pour la plupart d’entre eux la seule si ce n’est l’unique ressource d’existence. Malencontreusement, et pour ce qui est de l’actuelle saison oléicole, tous les indicateurs annoncent une nouvelle hausse du prix de l’huile d’olive, contrairement à la prétendue attente de sa baisse. D’ailleurs, il faut rapporter également que des intermédiaires ont intégré cette filière agricole, à des fins de gains faramineux qu’ils comptent engranger. Et ces intermédiaires viennent d’autres régions du pays pour spéculer sur les prix.
Certes, il y a des professionnels, qui se sont organisés afin de protéger la filière, mais il y a toujours fort à faire en absence de mécanismes fiables et efficaces. En attendant des mesures essentielles pour organiser la filière oléicole, cette dernière continuera à subir les méfaits des spéculateurs et des intermédiaires déloyaux, qui ont apparemment la mainmise sur le marché qui s’exerce en dehors de toute contrainte légale et normes requises telles que le conditionnement de l’huile d’olive, sa certification, et l’imposition de son juste prix.
Quant à parler de son exportation, nous sommes loin du sujet. Enfin, c’est tout un chantier qui doit être ouvert pour réguler cette filière laissée en proie aux intervenants avides de gains énormes au détriment de la protection du consommateur.


Farid Haddouche


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER