Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Comportements inciviques des cortèges nuptiaux à Médéa

Le ras-le-bol des riverains

© D. R.

C’est un cri de colère qui est poussé par ce citoyen demandant aux autorités chargées de réguler l’activité des salles des fêtes de mettre fin au calvaire des résidents proches de ces lieux, devenus de véritables sources de nuisance pour les riverains.

Habitant le quartier M'salla, il se plaint du tintamarre causé par les cortèges nuptiaux qui arrivent à la salle des fêtes de l’établissement hôtelier, encombrant à chaque fois la route et les accès aux habitations du voisinage. Danses, chants, explosions de fusées dans la rue. Mais pas seulement, des cris et des échanges de vulgarités sont souvent entendus, mettant les familles riveraines dans des situations de gêne. 

Ce genre de comportement porte aussi atteinte aux sentiments des personnes éplorées par un événement malheureux : “Si personne ne conteste aux autres de pouvoir célébrer leur fête, il y a aussi lieu de faire respecter certaines règles de vie en société pour que la fête ne se transforme pas en problème et abus dans l’utilisation de toutes sortes de sonorités.” 

Il faut rappeler que la célébration des fêtes de mariage se fait souvent dans une salle des fêtes qui est un établissement soumis au respect de certaines règles liées à son exploitation, notamment l’existence des conditions d’isolation sonore, d’installation de moyens de climatisation et d’aires de stationnement des véhicules.

Mais que de fois il est signalé l’excès de volume sonore qui arrive jusqu’au voisinage, se prolongeant au-delà des horaires autorisés et se terminant très souvent par des explosions de pétards et autres bombes pyrotechniques pour marquer la fin de la fête.

Le cas de la salle des fêtes du Croissant-Rouge algérien est le plus illustratif de toutes les nuisances et où tout l’entourage ne cesse de subir les décibels d'une musique assourdissante fusant de la salle des fêtes, apparemment dépourvue d’installations d’isolation sonore ou inutilisées. 

Le constat fait à propos des installations exigées permet de se rendre compte que nombre de salles des fêtes ne sont pas en conformité avec les textes régissant l’exploitation des salles de spectacle et de loisirs qui fonctionnant dans la plupart des cas en infraction avec les règles élémentaires régissant leur gestion.   

Concentrées dans leur majorité au chef-lieu de wilaya, certaines salles des fêtes sont situées à l’intérieur même des concentrations d’habitations et se trouvent à proximité des écoles.

L’on signale aussi que des propriétaires de certaines salles n’affichent pas leurs tarifs, augmentant à chaque fois leurs marges en grignotant sur les frais, quitte à limiter la consommation d’électricité en réduisant l’utilisation de la climatisation.
 

M. EL BEY

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER