Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’ALGÉRIE PROFONDE / Centre

Colloque international sur le savoir et le soufisme à Touggourt

Le rôle des zaouïas mis en relief

Rassemblement des membres de la zaouïa Messaoud-Ben-Messaoud. ©D. R.

L’islam s'est propagé en Afrique et dans le monde grâce aux écoles du soufisme qui sont implantées un peu partout.

Partant de l'idée que les zaouïas font partie des édifices ayant contribué à la sauvegarde de l'islam, à la stabilité et à la propagation du soufisme de la bonne éthique au sein de la société, un colloque international sur le savoir et le soufisme et leur rôle dans la stabilité de la société a été organisé, dernièrement, par la zaouïa Messaoud-Ben-Messaoud de la daïra de Tayebet, distante de 40 km du chef-lieu de Touggourt. Ce colloque international a regroupé une panoplie de chouyoukh, d'imams, d'oulémas et de chercheurs dans le domaine du soufisme venus de plusieurs pays du monde. Lors de son intervention, Dr Youcef Ben Mehdi, membre du Haut-Commissariat islamique et secrétaire général de la Ligue des oulémas des pays du Sahel, dira que ces zaouïas abritant des écoles coraniques et de soufisme sont considérées comme un patrimoine religieux, historique et culturel cher à tous les Algériens. Pour lui, l'islam s'est propagé à travers l'Afrique et le monde entier grâce à ces écoles du soufisme qui sont implantées un peu partout dans le monde. À propos de la science du soufisme, l'intervenant dira qu'il relève du champ de l'éthique et de l’éducation. Il y a plusieurs échos qui relèvent de cette préoccupation consistant à faire avancer dans les sciences et d'en être le leader. On ne peut opérer une révolution sans les sciences. Néanmoins, la science sans éthique, sans foi et sans conscience est une science morte. L'orateur a déclaré que le soufisme n'a jamais été un obstacle pour le développement en disant : “L'école du soufisme à Béjaïa n'avait pas empêché les gens de devenir des mathématiciens et autres.” Et d'ajouter : “Aujourd'hui, il est urgent d'assainir cette science de certains griefs hérités de l'époque coloniale.” Par ailleurs, Dr Norddine Charkaoui, expert en soufisme, expliquera : “Le soufisme est d'un aspect spirituel qui peut nous emmener à la paix intérieure et extérieure tout en appliquant les vrais préceptes de l'islam.” Et de poursuivre : “La pratique soufie construira un être humain qui vivra tout le temps dans la foi et en paix avec le monde qui l'entoure.” Enfin, les participants à ce colloque se sont entendus que le soufisme est une pratique qui emmène le musulman pratiquant dans la bonne voie vers Dieu et un comportement sain lui permettant de vivre en paix et en l'existence avec autrui.

Ammar Dafeur


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER