Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Tizi Ouzou

Le stress hydrique menace le tourisme à Tigzirt

© D.R

Ville touristique par excellence, Tigzirt, 40 km au nord de la wilaya de Tizi Ouzou, est l’une des deux villes côtières de la wilaya, avec Azeffoun, où une partie des habitants comptent vivent essentiellement de la saison estivale. Cette localité, qui a déjà reçu, selon la direction du tourisme, un nombre d’estivants qui dépasse les 3 millions, fait malheureusement face à un sérieux problème de manque d’eau potable qui impacte négativement l’activité touristique dans cette zone balnéaire. Le P/APC de Tigzirt, Abbou Moussa, qui a reçu, jeudi dernier, une délégation l’APW de Tizi Ouzou, à sa tête le P/APW, Youcef Aouchich, accompagné du directeur des ressources en eau, de celui du tourisme et du DTP n’a pas manqué l’occasion pour tirer la sonnette d’alarme sur ce problème qui fait fuir les estivants. “Notre difficulté majeure est le manque d’eau. Cela persiste depuis des années. L’unique station de dessalement que compte la ville fait face malheureusement à de fréquentes pannes, ce qui engendre un désagrément pour les touristes”, a, ainsi, expliqué le maire de la ville avant d’ajouter : “Nous estimons que tous les services de l’État doivent converger vers un seul but qui est d’offrir un bon accueil aux estivants, en assurant le minimum pour passer un bon séjour, mais, malheureusement, ce n’est pas le cas puisque nous n’arrêtons pas de nous plaindre du manque d’eau.” En guise de réponse, le P/APW, Youcef Aouchich, a indiqué que “nous n’arrivons toujours pas à répondre aux besoins en eau exprimés par tous les citoyens et les estivants car la population de cette ville se multiplie par trois ou quatre durant la saison estivale”. Pour le P/APW même la station de dessalement d’eau mer, sur laquelle la localité compte beaucoup, ne peut être en mesure de régler définitivement ce problème. “Même si un projet de réhabilitation de la station de dessalement existe, cela ne changera pas trop la situation car, créée en 2004, pour une capacité de 2 400 m3/j, celle-ci arrive à peine à produire 1 000 m3/j. Sa réhabilitation, pour atteindre une capacité de 1 500 m3/jour, reste toujours insuffisante pour répondre aux besoins exprimés par la population d’où l’urgence d’inscrire une nouvelle station de dessalement pour Tigzirt”, a-t-il expliqué. En dernier, et selon les explications du directeur des ressources en eau Djouder Mokrane, “la station de dessalement de la ville de Tigzirt, qui est en phase de réhabilitation, a bénéficié d’un montant budgétaire estimé à 85 millions de dinars, alloué dans le cadre du Fonds national de l’eau. Ce qui va ramener la production quotidienne de la station à 1500 m3”. Pour les besoins en eau exprimés par la ville de Tigzirt, le même responsable les a évalués à presque 5 000 m3/j durant l’été. Un écart de production considérable par rapport à la production actuelle, qui nécessite donc une prise en charge plus rationnelle du problème de la part des pouvoirs publics. 

 

K. Tighilt


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER