Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Ighil-Anane, Boghni (Tizi Ouzou)

Les acquéreurs des 300 logements dans l’expectative

© D. R.

Les acquéreurs des 300 logements relevant de la  promotion immobilière “Frères Mebarki” d’Ighil-Anane au centre de la ville de Boghni, quarante-cinq kilomètres au sud de Tizi Ouzou, sont dans l’expectative et ne savent plus à quelle “autorité” se vouer. Leur association n’est pas restée les bras croisés, ses membres allant même jusqu’à se déplacer la semaine passée au siège du ministère de l’Habitat afin de saisir directement les responsables de ce département au sujet de leurs appartements qui sont à la traîne depuis des années. Effectivement, dans une virée sur le site, il nous a été donné de constater que certains blocs sont encore au niveau zéro alors que d’autres n’ont encore atteint qu’un taux d’avancement ne dépassant pas les 20%.

“Nous avons opté pour ce projet en 2006 et certains d’entre nous ont versé l’apport initial entre 2007 et 2012. Au départ, le promoteur nous avait rassuré que c’était un projet LSP et que nous allions même bénéficier de l’aide de l’État mais, quelques mois après, il nous informe de nouveau que ce n’était pas possible et qu’il devait transformer le projet en vente sur plan”, nous dira l’un des acquéreurs. Et un autre d’intervenir : “J’ai versé mon apport initial qui était de l’ordre de 100 millions de centimes en 2006 et le promoteur a reçu ensuite environ 120 millions de centimes de la CNEP.  Aujourd’hui, le bloc où est localisé mon appartement n’a atteint que deux étages alors que mon logement se situe  en principe au 5e étage”. Tout comme nos deux interlocuteurs, d’autres acquéreurs retracent la genèse de ce projet avec regret. “Vraiment, c’est une véritable arnaque car toutes les clauses des contrats sont curieusement en faveur du promoteur puisqu’un groupe d’attributaires l’a esté en justice et n’a pas eu gain de cause. Les délais de réalisation étaient fixés à 36 mois et nous devrions recevoir nos clés en 2017. Nous sommes en 2019 et aucun bloc n’est achevé à 100%, à l’exception du bloc de 36 logements qui a atteint un taux d’avancement de 80%. 

C’est un projet en souffrance et à l’abandon parce que le promoteur n’a  pas les moyens nécessaires et suffisants  pour mener à bon port un  projet d’une telle ampleur alors que nous sommes livrés à lui pieds et poings liés”, explique un autre intervenant. Devant la fuite en avant du promoteur, les acquéreurs ne cessent de prendre contact avec les autorités locales. “Nous avons eu une audience avec le chef de daïra, il y a quelques jours de cela et il nous a répondu qu’il allait provoquer une réunion avec le promoteur afin de trouver les voies et les moyens à mettre en œuvre afin de nous délivrer de notre calvaire”, nous confie un autre acquéreur. En tout cas, tous les attributaires rencontrées sur le site interpellent le ministre de l’Habitat afin d’intervenir dans ce problème épineux auquel ils font face. En tout cas, devant tant de problèmes, ces acquéreurs sont scandalisés mais ils ne veulent pas baisser les bras pour défendre leur dû car ils ne désespèrent pas d’habiter un jour ces appartements qu’ils attendent depuis près de treize ans.
 

O. Ghilès



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER