Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Affaissements de terrain à Aghbalou et Saharidj (BOUIRA)

Les autorités locales au chevet des populations sinistrées

Mustapha Limani, wali de Bouira, jeudi dernier, en visite dans les localités sinistrées. © D.R.

Les dernières intempéries qui ont touché la région ont provoqué des éboulements et autres affaissements de terrain, notamment dans les localités montagneuses de la wilaya.

Dans les communes d'Aghbalou et Saharidj, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de la ville de Bouira, et comme il a été précédemment rapporté dans ces mêmes colonnes, plusieurs affaissements ont eu lieu. Dans le but de constater l’ampleur des dégâts et de prendre les mesures nécessaires afin de venir en aide aux familles sinistrées, le wali Mustapha Limani était, jeudi dernier, en visite à travers les localités les plus touchées de ces deux municipalités sinistrées. Ainsi, dans les localités d'Illiten et Selloum, respectivement dans les communes de Saharidj et Aghbalou, plusieurs glissements de terrain ont eu lieu la semaine passée, causant plusieurs milliards de centimes de dégâts et laissant des dizaines de familles sinistrées. À Selloum, un pan entier d’une falaise s’est arraché en un bloc, charriant boue, pierres et même un tronc d’arbre.
Fort heureusement, l’incident n’a pas fait de victime, sauf quelques dégâts matériels. “Il faudrait renforcer les bornages et mettre en place un système de cantonnement des terres plus solide”, dira le wali de Bouira. Avant d’ajouter : “Fort heureusement, on n’a pas eu de victimes, néanmoins il vaudrait mieux prévenir que guérir.” D’après le P/APC d'Aghbalou, la situation est critique : “Des familles sont menacées par des coulées de boue et autres affaissements. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir, mais l’ampleur des dégâts est tellement immense que nous sommes dépassés.” À cette préoccupation, le wali de Bouira répondra que “l’État s’engage entièrement aux côtés des populations dans le but de garantir une meilleure stabilité du sol (…) Dès à présent, commencez à déblayer les gravats et à préparer les fiches techniques. On est là pour vous aider, mais il faudra que vous commenciez à entamer les travaux de réfection”, lancera M. Limani. Au village d'Illiten, le souvenir des affaissements de 2012 est encore vivace, et encore une fois, cette localité a été frappée par un énième affaissement de terrain, lequel fort heureusement n’a fait aucune victime.
Ainsi, tout le long du CW 98, qui relie ce village de la commune de Sahardj, tout n’est qu’éboulement et désolation. À Illiten, plusieurs chutes de pierres qui auraient pu coûter la vie à des automobilistes ont eu lieu. Les responsables de la direction des travaux publics ainsi que ceux de la direction des ressources en eau ont été instruits par le wali afin de préparer une fiche technique ayant pour but de prendre en charge l'ensemble des zones à risque à travers les RN 15 et 30. Au terme de sa visite, le wali insistera sur le fait que “les cas les plus sérieux” doivent être pris en charge dans les plus brefs délais et que les opérations de bornage et de soutènement soient lancées “incessamment”. Par ailleurs, une importante délégation du RCD, conduite par les députés Nora Ouali, Atmane Mazouz et Mohand-Arezki Hamdous, composée du président du bureau régional, des membres du conseil national, des élus APW auxquels s’est joint Moussa Naït Amara, s’est rendue dans la même journée sur les lieux du sinistre. Le P/APC d'Aghbalou, d'obédience RCD, a affirmé que sa municipalité est l'une des plus pauvres de la wilaya. “Nous avons été classés 44e municipalité sur 45, derrière une autre APC RCD, celle d’Ath Mansour, dans les subventions distribuées par l’APW de Bouira”, a-t-il dénoncé. En outre, selon les propos de cet édile, sa commune souffre de “marginalisation” de la part des autorités locales. “Notre municipalité, rurale, pauvre et sans recettes, a eu moins de projets, moins de budget et moins de subventions que des communes à 2800 âmes comme Hadjra Zerga au sud de la wilaya. Nous avons en outre 1300 demandes d’aide à l’habitat rural non satisfaites”, a-t-il déploré.


RAMDANE B.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER