Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Quota des 25 logements sociaux à Zeboudja (Ath LaÂziz)

Les bénéficiaires s’en remettent au wali

©D. R.

Les bénéficiaires des 25 logements sociaux au niveau de la localité de Zeboudja, relevant de la commune d’Ath Laâziz, à 15 km à l’ouest de Bouira, interpellent le wali de Bouira dans la perspective d’accélérer l’attribution de leurs logements. Ces derniers, faut-il le préciser, sont achevés depuis juillet 2016, et la liste des bénéficiaires a été affichée au mois de janvier de la même année. Ainsi ces citoyens, via une énième requête adressée au cabinet du premier magistrat de Bouira, se disent “oubliés” par les autorités et “las” d’attendre leurs logements, lesquels sont finis depuis plus d’une année, à cause d’une commission de recours qui statue sur une dizaine de réclamations depuis le mois de janvier 2016. “Le 11 janvier 2016, la liste des bénéficiaires a été rendue publique et nous devions patienter jusqu’au mois de mars de l’année dernière afin d’habiter dans nos demeures (…) depuis, c’est le silence radio”, est-il mentionné dans ledit document signé par le président de l’Association de la localité de Zeboudja. Selon les requérants, le P/APC d’Ath Laaziz et le chef de daïra de Bouira se revoient la balle en justifiant ce retard par l’étude des recours. “Nous sommes conscients que les autorités ne veulent léser personne, et c’est tout à leur honneur. Néanmoins, une année pour étudier une dizaine de cas, on considère que c’est largement exagéré”, indiquent-ils. Lors de notre passage sur les lieux, le constat établi est sans appel : ces logements sont bel et bien achevés à 100% mais ne sont toujours pas raccordés ni au gaz ni à l’électricité. Pourtant les compteurs d’eau et de gaz ont été placés par les services concernés et il ne reste plus que le raccordement final.  Ces “détails”, selon le président de l’Association de la localité de Zeboudja, ne semblent pas le déranger outre mesure, car d’après lui, les bénéficiaires pourraient très bien s’en accommoder et ils ne demandent qu’une seule chose : pourvoir enfin habiter dans leurs logements. “On peut très bien se débrouiller par nos propres moyens pour le gaz et s’éclairer à la bougie si c’est nécessaire. On souhaite uniquement habiter dans nos maisons que nous avons attendues depuis plus de vingt ans”, fera savoir notre vis-à-vis. Pour rappel, lors de la dernière session de l’APW de Bouira, la commission de rapporteurs chargée d’évaluer les secteurs de l’habitat et l’urbanisme ont relevé un certain “amateurisme” dans la gestion des dossiers des logements sociaux à Bouira, où certains sont livrés sans gaz, ni l’électricité ni eau courante.

RAMDANE B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER