Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Prolifération deS décharges sauvages à AÏn Zaouïa

Les comités de village interpellent les autorités

© D.R

Exaspérés par la prolifération exponentielle des décharges sauvages à l’intérieur du massif forestier de Boumahni, dans la commune de Aïn Zaouïa, une vingtaine de comités des villages environnants ont de nouveau décidé d’interpeller les autorités au sujet de la menace environnementale touchant cette région. “On ne sait pas qui a rouvert cette décharge. Pourtant, celle-ci a été éradiquée. Notre commune a signé une convention avec le Centre d’enfouissement technique d’ordures ménagères de Draâ El-Mizan qui est à quelques jets de pierre de Boumahni. Mais nous constatons que cette route regorge de monticules de déchets, de canettes et d’objets hétéroclites. Vraiment, c’est un véritable dépotoir à ciel ouvert au vu et au su de tout le monde”, dénoncent ces comités, fortement préoccupés par la santé de leurs enfants.

“L’incinération des déchets provoque des désagréments même aux élèves de l’école primaire et du CEM de Boumahni”, s’insurge en effet un membre de la coordination des comités de village du douar de Boumahni. “Nous exigeons qu’il y ait des poursuites judiciaires à l’encontre des contrevenants”, enchaîne un autre membre de la coordination, non sans souligner que ces décharges longeant ce chemin communal sont également souvent à l’origine du départ de feux de forêt. “Il y a deux ou trois ans, des dizaines d’hectares de broussailles, de sous-bois et d’oliviers étaient partis en fumée à cause de l’incinération des déchets justement de la décharge”, se rappelle-t-il. “De surcroît, ces décharges sauvages enlaidissent et ternissent l’image du joli décor qu’offre cette belle forêt”, déplore encore un autre membre du comité de village d’El-Mechmel. De leur côté, les autorités répondent qu’elles n’ont pas les moyens adéquats, notamment de coercition, pour sévir. “Les municipalités ne disposent pas de police environnementale”, regrette un élu à l’APC de Aïn Zaouïa, qui suggère de mener un travail de sensibilisation dans les écoles et les associations.

“On a beau installer des plaques interdisant de décharger sur les abords des routes, mais beaucoup ne les respectent pas. C’est le cas de celle qui se trouve tout près de l’école et du CEM où il est interdit de consommer de l’alcool, parce que la route est fréquentée par les écoliers, mais malheureusement, nous ramassons quotidiennement des dizaines de canettes”, dénonce, pour sa part, un parent d’élèves. “Nous sommes convaincus que si les autorités ne s’impliquent pas, le travail effectué par les comités de village à eux seuls ne sera suivi d’aucun résultat”, conclut un membre de la coordination des comités des villages. 

 

O. Ghilès



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER