Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Face à la chaleur et au manque de points d’abreuvement

Les éleveurs du Tidekelt s’inquiètent

En ces chaleurs caniculaires, les cheptels souffrent du manque d’eau. © D.R.

Les éleveurs concernés se disent être pris “comme une balle de ping-pong entre les services de l’ANP, l’APC d’In Salah et la direction des services agricoles, rien que pour avoir cette précieuse autorisation dont la délivrance est de surcroît quasi impossible à ceux qui ne disposent pas de carte d’agriculteur”.

Pris en tenaille entre le manque cruel des points d’abreuvement et la canicule terrible qui s’abat sur la région, les éleveurs de la wilaya déléguée d’In Salah se sont rassemblés, jeudi, pour exprimer leur désarroi et dénoncer les mesures bureaucratiques auxquelles ils font face. Une série de problèmes a été ainsi soulevée par les  transhumants qui manquent de moyens pour faire vivre leur bétail notamment avec les mesures drastiques qui leur sont imposées par l’administration locale. “Avant, le cheptel s’abreuvait normalement dans la zone d’El-Khecheiba, à mi-chemin entre El-Menéa et In Salah. Cependant, les choses se sont compliquées depuis le verrouillage du périmètre où se trouvent les points d’eau par les éléments de l’ANP du fait de sa situation non loin des  champs gaziers  placés sous haute sécurité. Les pasteurs sont soumis à une autorisation pour y accéder. À défaut de ce fameux document, notre bétail crève de soif” se lamente un éleveur  qui  a poussé un cri d’indignation contre le mutisme des autorités compétentes. Il faut savoir que dans le Tidekelt, l’élevage est de type extensif basé essentiellement sur l’exploitation des ressources naturelles. Les pratiques traditionnelles actuelles ne permettent plus de répondre efficacement aux problèmes d’alimentation et d’abreuvement des animaux. L’amplitude des mouvements des pasteurs, qui demeure une activité plus répandue dans cette région à vocation agricole, est devenue plus importante. Ce travail fait une situation de référence de la pratique de la transhumance et des perspectives face aux grandes mutations des systèmes de production pastoraux en cours. Toutefois, l’absence d’une stratégie claire en mesure de prendre en charge cette catégorie d’éleveurs, dont la majorité d’entre eux est confrontée aux déficits en ressources fourragères et hydriques, risque de tourner au vinaigre et de provoquer des scènes de révolte, et ce sachant que le manque de puits de parcours dans cette région, dont le nom est intimement liée au mégaprojet de transfert d’eau potable sur 750 km vers Tamanrasset, a contraint les cheptels ovins, camelins et bovins à se rabattre sur des points d’eau stagnante et sur les fosses septiques des bases de vie. Perdus dans un labyrinthe bureaucratique, les éleveurs concernés se disent être pris “comme une balle de ping-pong entre les services de l’ANP, l’APC d’In Salah et la direction des services agricoles, rien que pour avoir cette précieuse autorisation dont la délivrance est de surcroît quasi impossible à ceux qui ne disposent pas de carte d’agriculteur”. Le cheptel étiqueté, ajoute-t-on, se déplace vers les parcours de la zone d’El-Goléa, qui relève administrativement la wilaya déléguée d’El-Menéa. Toutefois, cette mobilité est également confrontée  aux difficultés liées à l’accès à l’eau. Les éleveurs s’en remettent au wali et au commandant de la 6e région militaire pour envisager une solution urgente à cette situation problématique.  


RABAH KARECHE


 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER