Scroll To Top

L’Algérie profonde / Centre

squat des terrains destinés aux structures d’accompagnement des logements aadl 2 à Tamanrasset

Les locataires dénoncent l’omerta des autorités

© D. R.

La propagation phénoménale du béton illicite est devenue un véritable casse-tête à Tamanrasset. C’est encore l’association des souscripteurs au programme de logements type AADL  qui s’en est plainte de l’envahissement du parpaing prosaïque et des constructions érigées illicitement sur des assiettes foncières destinées aux projets de structures d’accompagnement.  

Le président de ladite association, Youcef Babkar, dit avoir saisi le wali de Tamanrasset avec qui il s’est récemment entretenu au sujet de tous les problèmes dans lesquels se débattent les souscripteurs.

“Le chef de l’exécutif a promis de nous rendre visite et de nous envoyer son chef de protocole pour qu’il fasse son PV de constat sur les sites détournés. Cependant, son engagement n’a pas été honoré au grand bonheur des squatteurs qui avancent crescendo dans leurs projets illicites, à tel point que l’on se demande réellement où est l’État ? 

Ce qui se passe dans notre cité confirme l’absence totale des autorités locales”, fulmine M. Babkar, précisant que le détournement s’est propagé aux nombreux terrains destinés aux projets de réalisation d’un bureau de poste, d’une sûreté urbaine et d’un groupe scolaire.

Les assiettes désignées pour l’érection d’une école coranique et d’un stade de proximité ont également été squattées par cette mafia qui ne dit pas son nom. 

Face au silence du premier responsable de la wilaya, l’association a fait part de la dernière rencontre qui s'était tenue avec cinq autres associations de quartiers mitoyens pour se constituer en coordination associative et, du coup, se faire entendre au niveau central. 

“Sincèrement, on en a assez des promesses sans lendemain. Nous faisons front contre des inconnus qui nous menacent quotidiennement sans qu’ils soient inquiétés par les services de sécurité pourtant saisis. La situation est de plus en plus préoccupante”, s’alarme pour sa part Youcef Abed, membre de l’association.

Ce dernier  n’a pas manqué de jeter la pierre à Gest-immo, une filiale de l’Aadl chargée de la modernisation de la gestion immobilière de ces sites, en lui reprochant sa “nonchalance” et son “silence” face aux agressions répétitives des poches foncières relevant du périmètre du projet portant réalisation de 200 logements AADL à la cité Soro2.

“Gest-Immo ne fait pas son travail à Tamanrasset. Je ne vois pas de quelle modernisation nous parle-t-elle, puisque c’est l’association qui gère tous les problèmes de la cité, y compris le ramassage d’ordures et le mouvement des intrus.

Après plusieurs mois de mauvaise gestion, les souscripteurs sont déterminés à se prendre en charge. Ils comptent même saisir la justice en vue de les décharger des faux frais facturés pour des services non rendus”, assène-t-il. Les tentatives d'avoir la version du bureau local de Gest-immo sont restées vaines. 
 

RABAH KARECHE    


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER