Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Mobilisés à l’approche de l’Aïd El-Adha à Bouira

Les vétérinaires sensibilisent sur les risques du kyste hydatique

Des contrôles vétérinaires sont effectués dans pas moins de 24 points de vente de cheptel. © Liberté

Une réelle prise de conscience est plus qu’indispensable, elle est décisive pour la santé animale et publique.

La direction des services agricoles (DSA) de la wilaya de Bouira lance une vaste opération de sensibilisation sur les dangers de la maladie du kyste hydatique, ce parasite qui se transmet par du bétail, à l’origine, et est véhiculé par d’autres animaux pour le transmettre à l’homme.
Des conseils sont diffusés à travers la radio régionale et les autres médias locaux afin de dispenser l’information au maximum auprès des populations. Comme l’Aïd El-Adha approche, il y aura forcément un flux très important d’abattage de cheptel le même jour, les services vétérinaires, dûment mandatés, ont pris un certain nombre de dispositions dans le but de préserver de cette maladie la santé humaine, animale, et l’hygiène publique.
Il s’agit de maintenir des permanences vétérinaires au niveau de toutes les subdivisions de la DSA à travers la wilaya de Bouira, des bureaux d’hygiène communaux (BHC) pour ceux qui disposent de vétérinaires,  des 3 abattoirs fonctionnels qui se trouvent dans les communes de Aïn Bessem, Lakhdaria et Bouira, et des 3 tueries de M’chedallah, Aïn Bessem et Bouira. “Le but de cette opération est de sensibiliser les populations contre le kyste hydatique qui est une maladie beaucoup plus préventive que curative. Il faut dire que le jour de l’Aïd, toutes les conditions pour la transmission de ce parasite sont réunies. Le nombre de bêtes abattues est si impressionnant qu’il attire des animaux errants intéressés par les abats, déchets et autres organes qu’on délaisse, alors qu’il est recommandé de les enfouir sous terre et d’éliminer les déchets par des gestes simples”, a précisé Mme Wardia Hassan, inspectrice vétérinaire par intérim à la DSA. Notre interlocutrice a donné beaucoup plus de détails sur cette opération lancée sous le slogan “Pour un Aïd sans kyste hydatique”. “En réalité ce sont des mesures prises par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural. Et, il faut indiquer que la maladie du kyste hydatique est très grave. Elle peut être mortelle. Ce pour quoi,  nous lançons cette opération de prévention dans le but de sensibiliser les populations sur ses dangers. Cette fois-ci, nos services vétérinaires ont insisté sur l’encadrement sanitaire. En premier lieu, nous avons ciblé les 24 points de vente du cheptel qui sont présents dans les 19 communes de la wilaya de Bouira, et où un contrôle vétérinaire s’effectue quotidiennement à leur niveau. Nous veillons aussi à garantir une intervention rapide en cas de suspicion ou d’apparition d’une quelconque maladie. Nous avons insisté également sur la présentation d’un certificat sanitaire qui doit être délivré par des vétérinaires officiels, pour faciliter le mouvement du cheptel concerné. Autrement, il est formellement interdit de permettre leur mouvement sans le certificat sanitaire certifié. Car des cas ont été observés dans des barrages de contrôle de l’autorité chez des éleveurs et marchands de bétail munis d’un certificat sanitaire falsifié.” En conclusion, “il y a beaucoup à faire dans ce domaine, selon un vétérinaire, qui a fait savoir que notre cheptel n’est pas identifié, et tant qu’il n’y a pas de traçabilité, on peut rien faire, sauf procéder à des prospections et des contrôles du mouvement du cheptel par des brigades mobiles, au niveau des sites de vente.  Une réelle prise de conscience est plus qu’indispensable, elle est décisive pour la santé animale et publique”, a-t-il prévenu.   


Farid Haddouche

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER