Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Commune de Naciria (Boumerdès)

Les villages dans le dénuement total

©D. R.

Les habitants des villages surplombant les monts de Naciria (Laaziv), à 45 km à l’est de la wilaya de Boumerdès, font face à un quotidien de plus en plus pénible en raison de la dégradation de leur cadre de vie, dû à un manque flagrant d’infrastructures de base.
Routes impraticables, indisponibilité d’abribus, manque de transport vers le chef-lieu, inexistence d’établissements dédiés à la jeunesse, coupures récurrentes de l’électricité, pénurie d’eau, manque de bacs à ordures ainsi que la désorganisation dans le ramassage de ces dernières, sont autant de tracasseries qu’endurent en commun ces villages ruraux.
Devant l’état piteux des routes, la semaine dernière, une représentation de la coordination des comités de village s’est déplacée à la DTP pour exprimer le ras-le-bol des villageois quant à la détérioration de l’unique route qui lie ces localités à la ville de Naciria et à la RN12 au lieudit “Tighilt n tala ysseli”. Sur la route menant au nouveau CEM de Bouassem, les trottoirs sont défectueux, voire même inexistants à certains endroits, ce qui met la vie des nombreux collégiens qui fréquentent cet établissement en danger. “Nos villages souffrent encore des mêmes problèmes malgré la stabilité et la continuité de l’exécutif communal de l’APC de Naciria, et ce, depuis les élections locales de 2007”, dénonce un habitant du village. En raison de l’absence de bus qui desservent leur localité, les habitants du village Alouane sont contraints de parcourir quotidiennement plus d’un kilomètre à pied pour pouvoir prendre le transport menant au chef-lieu de commune. “Cette situation désastreuse perdure depuis l’indépendance, et elle est devenue une chose normale, comme si notre village n’appartient pas à la commune de Naciria’’, déplore Slimane, un sexagénaire, rencontré sur la route portant de lourds achats sur son épaule à l’aide de sa canne.
De son côté l’adjoint du P/APC de Naciria, K. Yassa, lui-même habitant au village Takhirwent, reconnaît que les habitants des villages en question endurent un quotidien difficile. Il a néanmoins révélé que malgré le peu de moyens dont ils disposent, financiers et matériels, les service de l’APC sont à l’œuvre et supervisent plusieurs projets. “Actuellement des projets destinés à l’amélioration du cadre de vie des habitants des villages sont à l’étude, ou en cours de réalisation. Je peux citer la bibliothèque de Boumraou, la réfection de la route du village Chender, la passerelle au lieu-dit Boukemeoun, le bitumage de la route du village Iatelliwen’’. Et d’ajouter : “D’autres projets prévus sont à l’arrêt en raison de la complication des procédures administratives au niveau des directions de wilaya, comme c’est le cas pour l’aménagement urbain du village Boumeraou initié par la direction de l’urbanisme, et dont les travaux sont actuellement à l’arrêt.’’

N. OUHIB


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER