Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

En sus de son état dégradé

L’informel gangrène la RN12 à Boumerdès

Tout au long de la RN12, de Naciria à Si Mustapha en passant par Bordj-Ménaiel et les Issers, des vendeurs improvisent des étals et des baraques de fortune, où ils exposent des fruits de saison, une activité qui s’est avéré être un danger pour eux et pour les automobilistes.
Chaque saison estivale, ils sont des dizaines à vendre sur les bords de cette autoroute toutes sortes de fruits de saison (pastèque, raisin, figues et autres). Cette proximité leurs permet de se rapprocher des éventuels clients qui sont majoritairement des passagers venus d’autres wilayas, qui, au passage désirent déguster les savoureux fruits de la région, bien exposés, de façon à taper dans les yeux des clients. Cette activité représente une aubaine pour un bon nombre de jeunes chômeurs des localités avoisinantes, vu les retombées financières qu’elle engendre. Et parfois elle est  pratiquée par des mineurs, qui y recourent pour aider financièrement leurs familles quoique cette pratique n’est pas sans danger. Chaque année un nombre important d’accidents routiers est signalé tout près de ces commerces, en raison, notamment, de la proximité de ces étals et baraques de la route. Dans certains la distante qui sépare les baraques des véhicules qui roulent à toute vitesse, ne dépasse pas les 50 cm. Chaque fois, ce sont les mêmes scènes d’accident qui se répètent, un client qui ralentit pour se garer ou qui ressort après s’être stationné et qui se fait percuter par un véhicule qui roulait à vive allure. “Nous dormions quand un énorme bruit nous a réveillés, c’était une voiture qui a dérapé et a percuté notre installation. Heureusement; nous étions de l’autre côté’’ raconte un ancien vendeur qui s’est résigné à ne plus vendeur dans de tels endroits.
Nombreux sont ceux qui se demandent pourquoi les autorités n’aménagent pas d’espaces, ce qui garantirait la sécurité des automobilistes et de meilleures conditions de travail pour les vendeurs.

N. O.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER