Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Suite à un conflit entre étudiants et professeurs

L’université Djilali-Bounaâma de Aïn Defla fermée

©D. R.

Les accès de l’université Djillali-Bounaâma à El- Khemis dans la wilaya de Aïn Defla sont toujours fermés. C’est suite à un conflit entre un groupe d’étudiants de la faculté des sciences et de technologie et leurs professeurs que la fermeture de cet établissement universitaire dure depuis le 18 septembre dernier.
Selon des sources de la direction universitaire, ni les enseignants, ni les personnels administratifs et de service ni encore les 23 000 étudiants inscrits pour le compte de l’année universitaire 2018/2019, n’ont pu accéder à l’université depuis sa fermeture à ce jour. Selon  nos mêmes sources, le groupe d’étudiants en question à l’origine de la fermeture de l’établissement réclament la levée de la sanction infligée à l’encontre de certains de leurs camarades  par le conseil de discipline. “La sanction en question consiste en l’exclusion de trois étudiants qui ont proféré des menaces accompagnées d’insultes contre leurs professeurs qui les ont également assaillis par de propos offensants. Ils les ont même séquestrés pendant 40 minutes. Cela s’est produit en juin dernier, c’est-à-dire à la fin de l’année universitaire”, expliquent des sources de la direction universitaire. Les mêmes sources ont également ajouté qu’une plainte a été déposée dernièrement auprès de la Chambre administrative locale qui a, à son tour, désigné suite à un arrêté, un huissier de justice afin de libérer l’ensemble  des accès universitaires jusque-là toujours fermés. “Mais à ce jour, les auteurs de cet acte de fermeture refusent continuellement d’exécuter ledit arrêté  et campent sur leur position en exigeant l’annulation pure et simple de la sanction en question, et la réintégration des trois étudiants sanctionnés”, ajoutent nos sources. De leur côté, 60 enseignants au total qui ont observé à la suite de cet évènement un important sit-in, ont déclaré ensemble, au moyen d’un document qu’ils ont signé et adressé au recteur de l’université, que la sanction prise à l’encontre des trois étudiants est irrévocable “et qu’il s’agit aussi de notre dignité que nous défendrons et préserverons coûte que coûte et avec tous les moyens légaux dont nous disposons. En aucun cas nous ne revenons sur notre décision. Que le respect entre enseignants et étudiants soit mutuel et que les sanctions prises dans un cadre réglementaire au sein de l’université soient strictement appliquées”.

AHMED CHENAOUI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER