Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

HASSI R’MEL (LAGHOUAT)

Manque de personnel au centre payeur de la Cnas

Le centre payeur de la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) de Hassi R’mel, localité chef-lieu de daïra de surcroît, situé dans un logement à la cité OPGI, ne répond guère aux exigences normatives requises, car à l’intérieur d’un immeuble conçu initialement pour usage d'habitation. Du coup, la surface très exiguë contient mal les assurés sociaux qui se présentent aux guichets. S’ajoute à cela le peu d’équipements y existant, ainsi que le personnel. Comme le malheur ne vient pas seul, même la ligne téléphonique, indispensable outil de travail, est défaillante depuis une cinquantaine de jours en raison d‘un problème technique, selon le chef de centre. Ce centre payeur qui accuse un déficit énorme en personnel, répond aux besoins de plus de 26 000 assurés sociaux, alors que son service de contrôle médical n’est couvert que par un seul médecin.  Dans un passé très récent, ils étaient une quarantaine de salariés à gérer les dossiers des assurés sociaux dont 4 000 exerçant à Sonatrach, ses filiales et leurs sous-traitants implantés dans cette région qui abrite l’un des plus grands gisements de gaz au monde dans cette localité, de surcroît chef-lieu de daïra distant de quelque 125 kilomètres au sud de Laghouat. Aujourd’hui, il n’en reste que sept. “La vague de départ en retraite anticipée est passée par là” a indiqué un des préposés au guichet. À l’instar de plusieurs entreprises économiques et autres établissements publics, visiblement, en absence de gestion prévisionnelle des carrières et d‘un plan de recrutement des compétences susceptibles de prendre le relais, cet important centre payeur enregistre un déficit criant en effectifs. En effet, seulement sept salariés dont le chef de centre et le médecin conseil, assument plusieurs fonctions à la fois. Malgré le nombre effarant des assurés sociaux, le personnel de ce centre payeur n'est pas renforcé en conséquence. Pis encore, celui-ci fonctionne avec sept fonctionnaires dont le chef de centre. Et les premiers à en pâtir, ce sont les usagers. Approché par Liberté, un préposé nous a indiqué qu’il est “au four et au moulin’’ avant d‘ajouter que “cet important centre payeur qui ne compte paradoxalement que sept fonctionnaires nécessite, sans doute, son renforcement par le recrutement d'autres employés pour améliorer la qualité du service public’’. Car, il faut dire que ce centre est soumis, ces dernières années, à une pression permanente par l'affluence des assurés sociaux. De ce fait, d'interminables queues se forment vite devant le bureau exigu du médecin conseil durant toute la semaine. En plus de son plan de charge, tous les deux jours, le médecin conseil fait la navette à Laghouat, pour siéger avec la commission médicale dont il est membre. Sur les lieux, le sentiment de mécontentement se lit sur les visages, tant chez le public que chez les employés. La pénible attente, notamment pour les personnes âgées, les malades chroniques et ceux qui viennent des localités lointaines, se transforme souvent en colère qui explose fréquemment à la face d'un préposé au guichet à qui on fait mille et un reproches alors qu'il n'y est, généralement, pour rien. Pourtant, dans cette atmosphère ô combien pesante et tendue, les employés tentent tant bien que mal de répondre aux doléances des centaines de citoyens.

BOUHAMAM AREZKI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER