Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Sa région natale a honoré sa mémoire

Miliana célèbre son fils prodige, Mustapha Ferroukhi

©D. R.

Mustapha Ferroukhi, un nom illustre et évocateur d’une glorieuse épopée du combat libérateur et du rayonnement de la diplomatie algérienne renaissante.

Le parcours de cet homme au destin exceptionnel pour avoir intégré dès l’enfance le mouvement des scouts, levain du patriotisme avant-gardiste à l’époque à Miliana s’est distingué à travers un riche itinéraire d’engagement nationaliste où il adhéra dans sa prime jeunesse au Parti indépendantiste PPA/MTLD dont il fut membre du Bureau politique pour rejoindre dès la première heure les rangs de la révolution. Arrêté peu après le déclenchement du 1er Novembre 1954, il sera libéré en avril 1955 date à laquelle il se rendit à Paris pour militer à la Fédération de France du FLN historique qu’il quittera en 1957 à destination de Tunis où il sera affecté au ministère de l’Intérieur du Gouvernement provisoire de la République algérienne-GPRA.

Une symbolique de pérennité pour la mémoire collective
C’est un vibrant hommage empreint d’émotion rendu au musée Émir-Abdelkader de Miliana à l’endroit de ce repère historique, inlassable avec sa perspicacité en matière de diplomatie révolutionnaire, qui a été désigné en qualité d’ambassadeur plénipotentiaire à Pékin, destination qu’il n’a pu hélas atteindre, car tragiquement parti avec les membres de sa famille lors du crash d’avion qui les transportait le 17 août 1960. De nombreux témoignages et évocations se sont succédés tout au long d’une cérémonie de retrouvailles qui a rassemblé ses amis et des citoyens venus de différentes régions pour accomplir un acte de mémoire et de reconnaissance au souvenir de Mustapha Ferroukhi, un symbole d’abnégation, de sacrifice pour une Algérie indépendante libre et souveraine hissée dans le concert des nations. À cette communion, on a constaté la présence des autorités de la ville conduite par le chef de daïra M. Mahiout Youcef, le président de l’APC, les représentants des Moudjahidines, ainsi que les joueurs de la glorieuse équipe du FLN : Mohamed Maouche, Hamid Zouba et Mohamed Soukane qui ont fait revivre à l’assistance l’euphorie victorieuse de cette étape décisive de la guerre de libération où l’emblème national a flotté et Kassaman a retenti dans les grandes capitales du monde arabe, d’Europe de l’Est et d’Asie.

Zoulikha Ferroukhi une miraculée du destin
Ceci à l’immense bonheur d’émotion difficilement contenue par Zoulikha la fille unique de Mustapha qui n’était pas du voyage fatidique et survivante ainsi à la tragédie, car âgée à peine de 8 ans à l’époque. Celle-ci élevée par sa grande-mère était restée en sa compagnie à Miliana.

Lounis AïT AOUDIA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER