Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Boussâada (M’Sila)

Peine capitale et 20 ans de prison pour les assassins d’un gendarme

© D. R.

Deux des auteurs de l’assassinat d’un gendarme en permission à Boussâada (membres d’une même famille, des frères) ont été condamnés à la peine capitale, tandis que leurs deux autres frères ont écopé d’une peine de 20 années de réclusion criminelle.
Les peines ont été prononcées jeudi par le tribunal criminel près de la cour de justice de M’sila. Au cours des audiences qui ont duré plusieurs heures, chacun des accusés a essayé de nier sa participation à ce monstrueux crime qui a eu lieu dans la ville de Boussâada, 68 km au sud de M’sila, et ce, malgré les preuves tangibles découvertes par les enquêteurs au cours des investigations et les déclarations des témoins oculaires.
Ces audiences, qui se sont déroulées dans une salle archicomble et devant les avocats des accusés et de la partie civile, ont permis de mettre en évidence le mobile de cet abominable crime, à savoir le voyoutisme. Selon l’arrêt de renvoi, la victime N. A., un gendarme en courte permission, le 18 janvier dernier, chez ses parents à Boussâada a été poignardé par ce groupe d’individus pour leur avoir juste demandé d’arrêter de faire du tapage et des troubles à l’ordre public devant la maison familiale.
Les frères, connus par les services de sécurité pour leur agressivité et leur violence n’ont pas aimé que quelqu’un leur tienne tête. Ils ont décidé s’imposer comme les chefs du quartier. D’ailleurs, l’un des assassins est surnommé “El-Agreb’’ (le scorpion). Pour la défense, il s’agit d’une bagarre qui a mal tourné et c’est El-Agreb qui a donné le coup fatal. Le reste des frères ont participé mais juste dans la rixe. Le témoignage d’un ami de la victime, un gendarme qui passait la journée de permission chez son ami, la victime, fut très touchant. Dans son réquisitoire, le procureur général, a requis la peine capitale pour tous les accusés. Après délibération le tribunal a condamné deux frères à la peine capitale et les deux autres à 20 ans de prison ferme.


Chabane BOUARISSA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER