Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Aït Saïd (Bouzeguène)

Plusieurs projets réalisés par les villageois

Parmi les activités des villageois, l’embellissement de l’entrée du village et du monument des Chouhada. ©D. R.

Une “waâda” a été organisée pour fêter la concrétisation de nombreux projets, notamment l’embellissement du village, la réfection des fontaines, des ruelles et la réalisation d’espaces verts, mais aussi le nettoyage du cimetière et des placettes dédiées aux chouhada ainsi que la construction d’une belle mosquée.

Le village d’Aït Saïd (commune de Bouzeguène, à une soixantaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou) a organisé, le week-end passé, une “waâda” pour fêter la concrétisation de nombreux projets dans le village, notamment l’embellissement du village, la réfection des fontaines, des ruelles du village et la réalisation d’espaces verts, mais aussi le nettoyage du cimetière et des placettes dédiées aux chouhada du village ainsi que la construction d’une belle mosquée.
Une circoncision collective a été par ailleurs organisée au profit des enfants de familles nécessiteuses. Le comité du village, d’une part, et les villageoises, d’autre part, n’ont lésiné sur aucun moyen pour transformer radicalement leur village.
Ce fut un travail de longue haleine qui a duré plusieurs mois, et un tel défi fut bien réussi par les villageois et par la communauté émigrée qui n’ont pas hésité à mettre la main à la poche. C’est bien connu que les villages de Kabylie se sont tous rabattus, aujourd’hui, sur le système d’autogestion, car les subventions des pouvoirs publics font défaut de plus en plus, et les APC, qui ne disposent pas suffisamment de finances pour aider les villages, font de leur mieux pour assister matériellement les comités citoyens.
Cette “waâda” populaire, qui est une coutume héritée des ancêtres, se voulait un moyen de réconcilier les villageois avec leur histoire très fortement liée aux traditions anciennes, entre autres l’appel au pardon, à la cohésion sociale et à la fraternité villageoise. Et à l’occasion, trois bœufs ont été sacrifiés pour réussir cette grande offrande populaire, et un couscous géant préparé par les femmes a été offert aux villageois et aux nombreux visiteurs venus des quatre coins de la Kabylie profonde et même de wilayas limitrophes. La fête a profité à tous les citoyens du village qui ont veillé à sa bonne organisation, et de nombreux invités, notamment des personnalités politiques et religieuses, des vedettes de la chanson et du sport, ont été au rendez-vous dès les premières heures de la matinée, alors que cette journée mémorable a été agrémentée par de beaux chants anciens et patriotiques déclamés par les vieilles femmes du village tout au long de la cérémonie.
“Ces rendez-vous festifs nous manquent, ils doivent être organisés régulièrement pour le bien du village”, nous dira une vieille femme du village. Cette fête villageoise s’est achevée par un gala artistique fait de concert de musique et de danse, organisé dans la soirée pour combler d’aise tous les présents et rendre aussi un bel hommage aux nombreux lauréats des examens de fin d’année.

KAMEL NATH OUKACI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER