Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Raccordement de la commune de Bouzeguène au barrage de Tichy-Haf

Pression de la coordination des comités de villages

Mouvement de contestation des habitants de Bouzeguène. © D.R.

Les délégués des villages dénoncent l’arrêt des travaux et fustigent les entreprises engagées, les responsables de l’hydraulique et de l’Onid ainsi que le maître d’ouvrage, l’entreprise ANBT.

La coordination des comités de villages de Bouzeguène (à une soixantaine de kilomètres à l’est de Tizi Ouzou) est montée au créneau dernièrement pour dénoncer l’inertie des entreprises titulaires du marché du projet de raccordement de la commune de Bouzeguène au barrage de Tichy-Haf et celui de la réhabilitation de la chaîne d’Aderdar.
En effet, après avoir donné les premiers coups de pelle, en avril dernier, lors de la visite du ministre au lieudit Chréa (commune de Bouzeguène), les entreprises ont vite fait de baisser d’intensité, voire de s’arrêter complètement sans aucune explication. Les délégués de la coordination des comités de villages qui suivaient de près l’avancement du projet ont vite établi un constat et ont réagi illico presto à cette situation en s’adressant directement aux responsables du secteur des eaux et au wali de Tizi Ouzou. Rien ne fonctionne dans les normes, puisque les quatre entreprises ont réduit à néant leur potentiel humain, n’employant au total que dix-sept ouvriers, toutes qualifications confondues. Les délégués des villages se sont rendus à l’évidence et ont vite compris l’urgence de la prise en charge des problèmes qui tarabustent les entreprises.
Trois lettres ont été aussitôt rédigées et expédiées à qui de droit. Il s’agit du ministre des Ressources en eau, du directeur de l’hydraulique et du wali de Tizi Ouzou.
Ils dénoncent l’arrêt des travaux et fustigent les entreprises engagées, les responsables de l’hydraulique et de l’Onid ainsi que le maître d’ouvrage, l’entreprise ANBT. Les délégués des villages ont vite compris que la promesse fixée au mois d’octobre pour la livraison du projet est chimérique.
Mais voilà que les choses se sont vite accélérées. Le secrétaire général du ministère des Ressources en eau, le wali de Tizi Ouzou, les directeurs des eaux (hydraulique et ADE) et les responsables des entreprises se sont tous retrouvés au lieudit Chréa (Bouzeguène), lieu d’implantation du réservoir de 5000 m3, pour trouver les solutionsw idoines et relancer aussitôt le projet. Les porte-parole de la coordination des comités de villages, principale initiatrice du projet, ont réaffirmé le caractère urgent de ce projet mais aussi leur droit de regard sur le suivi des travaux et l’exigence de contact avec les responsables pour mieux coordonner les opérations.
Des instructions fermes ont été données aux entrepreneurs pour relancer et accélérer les travaux. Pour rappel, de nombreux problèmes de financement des entreprises, d’opposition et d’expropriation, ainsi que celui de l’achèvement du projet de Tala Bwada qui alimente quatre villages de Bouzeguène et d’Aït Zikki ont été pris en charge et solutionnés rapidement. La coordination a également arraché un autre projet de retenue collinaire de 35 000 m3 sur le flanc de la montagne d’Aït Zikki. Le ministre a répondu favorablement et des études techniques seront lancées incessamment.


KAMEL NATH OUKACI


 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER