Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Célébration des fêtes de mariage à BOUIRA

Revoilà les “cortèges de la mort” !

Plus de la moitié des accidents recensés en période estivale sont dus aux cortèges nuptiaux. ©D. R.

Deux accidents de la route ont été signalés le week-end dernier à Aomar et à Lakhdaria, et dans lesquels des cortèges nuptiaux étaient impliqués.

La saison estivale est souvent synonyme de mariage et autres fêtes. Qui dit mariage en Algérie, dit forcément cortèges nuptiaux avec leur extravagance, mais aussi et surtout les excès de vitesse et autres folies routières. À Bouira, depuis la fin du mois de Ramadhan, c'est un véritable ballet quotidien de cortèges qui sillonnent les artères de la ville, et durant lequel on ne compte plus les pointes de vitesse et autres entorses au code de la route. Dans certains cas, la fête vire au cauchemar, et ces manifestations de joie se terminent en cortège... funèbre. En effet, au chef-lieu de la wilaya de Bouira, les principaux boulevards de la ville se transforment en de véritables champs de course, où tous les excès et les infractions au code de la route sont tolérés, pour ne pas dire permis.
D'autant plus que les conducteurs des véhicules qui composent les cortèges sont pour la plupart de jeunes adolescents bercés par l'insouciance et l'ivresse du volant. Dérapages “contrôlés”, queues de poisson, dépassements dangereux et coups de volant sont l'apanage de ces fous du volant. Devant ces dépassements, les autorités concernées font montre d'une certaine tolérance, voire d’un laxisme certain. Cependant, cette tolérance peut s'avérer parfois fatale pour les membres des cortèges nuptiaux et ceux qui ont le malheur de croiser leur chemin. Ainsi, on ne compte plus les accidents de la route qui ont pour cause ces cortèges de la mort. D'ailleurs, pas plus tard que le week-end dernier, deux accidents de la route ont été signalés, le premier à Aomar et le second à Lakhdaria, et dans lesquels des cortèges nuptiaux étaient impliqués. Fort heureusement, il n'y avait pas de victimes à déplorer. En revanche, au mois d'avril dernier, un carambolage survenu dans la commune de Kadiria (ouest de Bouira) et impliquant 7 voitures qui faisaient partie de ces cortèges avait fait deux morts et deux blessés, dont le marié. En juillet 2017, les services de la Protection civile de Bouira avaient communiqué un chiffre effarant : sur un total de 52 accidents recensés, 28 (soit plus de la moitié) avaient pour origine un cortège nuptial. En septembre de l’année dernière, et en une semaine, 3 personnes, dont 2 de la même famille, sont mortes suite à un accident survenu à la sortie de la ville de Lakhdaria, dans un cortège nuptial. La troisième victime, originaire d'Alger, avait trouvé la mort dans les mêmes circonstances. La population, quant à elle, ne sait plus comment réagir face à ce phénomène qui s'amplifie au fil des années, jusqu'à arriver à devenir une mode, ou carrément une “tradition”. Certains citoyens interrogés sur le sujet se sont dit “choqués” par de pareils comportements, qualifiés de stupides. “Les gamins qui sont à bord des véhicules sont tout simplement de potentiels terroristes de la route !”, dira B. Rabah, un sexagénaire à la retraite. Devant une telle situation, la sensibilisation reste la meilleure façon de lutter contre de pareils agissements et éviter que des occasions de joie ne se transforment en funérailles.

RAMDANE BOURAHLA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER