Scroll To Top
FLASH
  • La demande de remise en liberté provisoire de Louisa Hanoune rejetée par le tribunal militaire de Blida.

L’Algérie profonde / Centre

Battue administrative de sanglier à Médéa

Un arrêté qui fait polémique

Révoltés, les citoyens se plaignent des dommages causés par les sangliers.© D.R

Il ne fait pas mention des zones exactes sinistrées, de la situation de nombre de l’espèce à abattre, de la liste des chasseurs engagés, de la liste des rabatteurs, des moyens mobilisés, notamment la quantité de munitions nécessaire.

Un arrêté du 9 avril 2019 portant autorisation d’une battue administrative de sangliers à travers la wilaya de Médéa a été pris par les services de la direction de la réglementation et des affaires générales (Drag) pour répondre à des doléances de citoyens dont les récoltes situées près des massifs forestiers ont subi des dégâts. Comme il est connu, le sanglier est classé parmi les espèces pullulantes par la loi 04/07 du 17 août 2004 relative à la chasse, il fait donc partie des “animaux sauvages dont la pullulation pourrait provoquer des déséquilibres biologiques, écologiques et économiques”. C’est dans ce cadre qu’intervient l’organisation de toute battue administrative comme moyen d’assurer “un développement équilibré de la faune sauvage afin de la prémunir contre les maladies épizootiques et ainsi préserver les cultures et les cheptels”. 
Cependant, l’organisation de battues de sangliers doit tenir compte de certains facteurs, notamment de la période de reproduction de cette espèce qui débute en janvier et s’achève en juin, d’une part, et les conditions à mettre en œuvre, d’autre part, afin de ne pas provoquer de conséquences négatives sur les autres espèces de la faune parmi les espèces protégées et le gibier, selon le président de la Fédération des chasseurs de la wilaya de Médéa, Mohamed Boukhatem. “Si l’on n’ignore pas que le sanglier est un animal qui cause des dommages aux biens, aux récoltes et à l’équilibre faunistique, l’on n’ignore pas aussi qu’il peut s’avérer une menace à la sécurité des personnes se déplaçant à pied à proximité des massifs forestiers et aux automobiles circulant le long des zones boisées”. La battue administrative est le moyen d’éviter le recours aux autres procédés de destruction prohibés, tel que l’usage du poison appelé “Lanat” qui est vendu sous le comptoir dans les drogueries. Elle est la solution autorisée pour mieux réguler le cheptel de cette espèce qui prolifère rapidement à raison de 3 portées de 7 à 8 marcassins par femelle et par an. Les paysans n’hésitent souvent pas à recourir au poison de ce type qu’ils enrobent dans des appâts afin de protéger leurs récoltes des destructions par le sanglier et par les prédateurs d’animaux domestiques tels que l’hyène et le loup dont la multiplication est une menace permanente pour leur bétail. N’ayant pas recueilli les avis des services concernés dont ceux de la Direction des services agricoles, de la Conservation des forêts et de la Fédération des chasseurs, l’arrêté du wali ne fait pas mention des zones exactes sinistrées, de la situation du nombre de l’espèce à abattre, de la liste des chasseurs engagés, de la liste des rabatteurs, des moyens mobilisés, notamment la quantité de munitions nécessaires, etc. Outre ces modalités d’organisation d’une battue administrative, l’autorité chargée de la supervision de l’opération doit veiller à nettoyer les lieux de la battue et les débarrasser des carcasses qui doivent être enfouies. 
D’une manière générale, la période recommandée par la Fédération des chasseurs devrait commencer en septembre et se terminer en décembre pour éviter la période de reproduction et pour éviter les risques d’incendies pendant l’été.


M. EL BEY

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER