Scroll To Top
FLASH
  • Le procès de Kamel Chikhi, dit "El Boucher", est reporté au 19 juin sur demande ses avocats.

L’Algérie profonde / Centre

Réalisation des recommandations de l'APW de Bouira

Un bilan mitigé

De nombreux projets à l’arrêt. © D.R.

Ainsi et concernant l’épineux dossier des logements à l’arrêt ou bien qui connaissent un retard, ledit rapport mentionne que les projets concernés, notamment les 512 et 400 logements AADL respectivement à Bouira et Sour El-Ghozlane, ont bénéficié d’une nouvelle entreprise réalisatrice, après que le contrat de l’ancien promoteur eut été résilié. 

Cependant et sur le terrain les projets de ces deux chantiers n’ont toujours pas démarré au grand dam des souscripteurs, qui ne cessent d’interpeller le wali de Bouira au sujet de leurs logements. 
Idem pour le projet des 104 logements AADL à Sour El-Ghozlane, qui en dépit des assurances des pouvoirs publics, reste irrémédiablement à l’arrêt. 
Toujours dans le chapitre du logement, mais dans sa formule promotionnelle aidée (LPA), le rapport de l’APW précise que les blocages qui affectaient les projets des 130, 150/28 LPA, respectivement à Bouira et Lakhdaria ont été levés.
Or, dans les faits, c’est loin d’être le cas. Ainsi et pour ce qui est des 150/28 logements de Lakhdaria, les souscripteurs ont manifesté mardi dernier, pour exiger que les deux baraques en zinc qui empêchent la poursuite des travaux soient rasées. Selon les souscripteurs qui ont adressé un écrit au wali de Bouira, les 28 logements du lot C demeurent toujours bloqués à cause de deux taudis implantés au beau milieu du projet, ce qui empêche toute reprise des travaux. 
S’agissant des 130 logements LPA de Bouira, certes le contrat de l’entreprise défaillante a été résilié, mais il n'en demeure pas moins que le chantier piétine depuis plus de neuf ans. Pour ce qui est de la formule de l'habitat rural, là encore le rapport de l'APW de Bouira, indique explicitement que la demande a été “relativement comblée”. Or, là aussi, les chiffres présentés sont très en deçà des attentes. En effet, le quota de logements ruraux alloué à la wilaya de Bouira demeure très insuffisant. Ainsi, en 2018, seulement 4400 unités de logements ruraux ont été octroyées par le ministère de l'Habitat, pour une demande qui dépasse les 50 000, selon les chiffres de la direction locale de l'Habitat. 
Évoquer un quelconque satisfecit serait perçu comme indécent au vue de la trop forte demande exprimée et laquelle n'a toujours pas été comblée dans une conjoncture économique difficile. 
Qui dit habitat rural, dit logements situés dans des zones montagneuses difficiles d'accès où les commodités de bases telles que le gaz, l'électricité et les réseaux d'assainissement font défaut. 
Le même document les qualifie de “zones éparses”. C'est là où la politique mise en place par les pouvoirs publics montre ses limites, puisque offrir des aides à l'autoconstruction c'est bien, mais encore faudrait-il raccorder les citoyens aux réseaux vitaux. D'ailleurs, ledit rapport ne mentionne aucune réalisation dans ce domaine en 2018. 
Ses rédacteurs se contentent uniquement de souligner la difficulté et le coût faramineux de ces travaux. 
Le secteur de l'hydraulique a été également abordé et le moins que l'on puisse dire est que la recommandation faite au mois de mars 2018, celle de raccorder l'ensemble de la wilaya en H/24 en 2019 reste un vœu pieux. Et pour cause, plus d'une centaine de localités sont encore dépourvues de réseau d'AEP. 
Durant l'exercice écoulé, seulement 18 localités de 6 communes ont été alimentées en eau potable. Pour cette année, 38 villages de 19 communes sont programmés par les services de la direction des Ressources en eau (DRE), alors que les recommandations de 2018 tablaient sur une soixantaine de localités pour l'exercice en cours. 
Seul point positif dans ce tableau des moins reluisants, le secteur de l'énergie a connu un certain boom, puisque, selon le même rapport, le taux de raccordement au gaz naturel atteint les 88% et celui de l'électricité frôle les 100% dans l'ensemble de la wilaya. 


RAMDANE BOURAHLA 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER