Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Tronçon Bouira-Lakhdaria

Un chantier qui s’éternise

Depuis 2013, le tronçon Bouira-Lakhdaria fait l’objet d’interminables travaux de réfection. ©D. R.

Des travaux de réfection viennent d’y être lancés, quatre mois seulement après sa “réception finale”.

Le tronçon autoroutier reliant Bouira à Lakhdaria est de nouveau en travaux. Ces derniers, il faut bien le dire, n'ont jamais cessé. Ils se poursuivent depuis... 2013 et semblent être interminables. En effet, les services la Direction des travaux publics (DTP) conseillent aux automobilistes d'emprunter la RN5, pour éviter les désagréments liés à ces travaux de réfection de la portion autoroutière de Aïn Chriki. Le “projet du siècle” comme il est pompeusement présenté par les pouvoirs publics, est en train de mettre un siècle justement à être finalisé, et ce, à quelques mois seulement de la mise en place du système de péage autoroutier. Si on devait se fier aux déclarations des différents responsables du secteur des Travaux publics et ceux de l’Agence des autoroutes (ADA), le tronçon de l’autoroute Est-Ouest, reliant Bouira à Lakhdaria, sur une distance de 33 kilomètres serait achevé il y a belle lurette. Ces responsables, faute de pouvoir assumer leur rôle et encore moins demander des comptes aux entreprises en charge des travaux, passent leur temps à fixer des échéances auxquelles personne ou presque ne donne plus de crédit. Pour rappel, le 4 avril dernier, l'entreprise réalisatrice, à savoir ETRHB-Haddad, avait annoncé la “réception finale” de ce tronçon. Quatre mois plus tard, voilà que des travaux de réhabilitation sont lancés. Ces travaux de réfection devraient durer un mois, précisent les services de la DTP locale. À propos de la nature des travaux, on apprendra qu'il s'agira essentiellement de traiter les zones d’instabilité et les sections dégradées et aussi refaire les enrobés. Et des travaux “sérieux”, ce tronçon de la mort en aurait grandement besoin. L'exemple le plus édifiant de l'impraticabilité de cette partie de l'autoroute, qui faut-il le rappeler ne date seulement que d'une dizaine d'années, se trouve au tunnel d’Oued R’kham, dans la commune de Djebahia. En effet, sur près de 5 km, la route est complètement affaissée et carrément “éventrée”, à quelques endroits. Cet état de fait constitue un réel danger pour les usagers, notamment pour certains imprudents, qui n'hésitent pas à appuyer sur l'accélérateur, à la sortie du tunnel. Malheureusement, on ne compte plus les accidents de circulation, parfois mortels, qui se produisent sur ce tronçon. La combinaison fatale, entre le mauvais état de la route et l'inconscience de certains automobilistes, est à l'origine de nombreux drames. Récemment encore, deux jeunes automobilistes, âgés d'une vingtaine d'années, ont perdu la vie à la sortie du tunnel de Djebahia, lorsque leur véhicule s'est brusquement retourné sous l'effet de la trop grande vitesse et les bosses qui jonchent cette route. Enfin, les travaux de réhabilitation du tronçon autoroutier reliant Bouira à El-Adjiba, sur une distance de 26 kilomètres, ont été pris en charge par les services de l’ADA, a indiqué le DTP de Bouira. Selon ce dernier, une entreprise chinoise a été choisie afin d'entamer la mise à niveau dudit tronçon, sans pour autant indiquer le montant du projet. Les travaux de mise à niveau devaient être entamés dans les prochaines semaines, a-t-il précisé. Il faut dire que cette portion de l'autoroute Est-Ouest, trois ans seulement après sa réhabilitation, pour un coût dépassant les 10 milliards de dinars, est jonchée de crevasses et autres nids-de-poule. Ainsi, sur près de 20 km, la route est complètement affaissée et carrément “éventrée”, à quelques endroits.

RAMDANE BOURAHLA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER