Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Sous-location des logements sociaux durant l’été

Un phénomène en vogue à Boumerdès

Les particuliers louent leurs propres logements aux estivants. © D.R

“Avec la distribution dans les jours à venir de plus de 5000 logements,
le phénomène deviendra à coup sûr plus inquiétant”, dira un administrateur.

La location chez le particulier n’est plus l’apanage de site spécialisé ou d’agences de voyages, mais s’étend aux nouvelles cités réceptionnées et distribuées récemment dans le cadre social ou de la résorption de l’habitat précaire. Des dizaines de nouveaux bénéficiaires ont déjà loué leurs appartements aux Sudistes moyennant 100 000 DA mois, le propriétaire qui ne propose pour l’occasion que des matelas, des chaises, et bien sûr la parabole n’est liée au client que par le téléphone. Ainsi, Saïd, qui occupait il y a un mois un chalet avec sa famille au Figuier, a été, grâce à une connaissance, mis en contact avec ses nouveaux hôtes. “J’ai discuté avec le père de famille par téléphone. On s’est mis d’accord sur le prix. Je l’ai guidé jusqu'à la cité (Sablière) cela fait trois jours. Je suis à la recherche d’un emploi, la location va me permettre de terminer quelques travaux et d’acheter de nouveaux meubles”, a précisé Saïd. Concernant sa famille, Saïd, sans détours, lancera : “Ma femme est contente de passer quelques jours chez ses parents et moi je rentre chez le vieux.” Le phénomène tend à se généraliser du fait que des annonces sont placardées un peu partout, et certains utilisent les réseaux sociaux pour la promotion. La nouvelle cité de Zemmouri, pourtant loin de la côte, reçoit aussi des estivants saisonniers venus de M’sila, de Bou-Sâada et de Bordj Bou-Arréridj. Des familles ont déjà posé pied à la cité 600-Logements de Aïn Krim, réceptionnée il y a quelques jours, pour un tarif variant entre 2500 et 3000 DA/jour. À la cité Sablière, la location journalière varie entre 5000 et 6500 DA pour le mois d’août, et des prix en euro sont même discutés avec les émigrés entre 120 et 150 euros la semaine. Issu du site chalet “Tchina”, Nabil, marchand ambulant, a laissé son F3 à un rabatteur, ce dernier le propose à 6 000 DA jour ou 35 000 DA la semaine. “Je ne loue qu’aux familles pour éviter les problèmes avec mes voisins, car certains voient mal le va-et-vient de ‘ces étrangers’.” Comment expliquer un tel phénomène de société? “À la base, c'est l'aspect économique de la formule qui a fait son succès aidé par la rareté de l’hébergement à Boumerdès et la cherté des hôtels”, explique-t-on. Même des chalets sont proposés à Sghirat à raison de 2000 DA/jour. Les estivants trouvent leur compte, surtout pour des familles nombreuses dont le tarif reste très raisonnable. “J'ai découvert ce genre de location en 2012 à Jijel”, dira un estivant venant du Sud. “Cette année, j’ai choisi Boumerdès du fait que l’autoroute facilite les déplacements. Certains parents viennent même pour un week-end nous rendre visite et repartir vers M’sila le soir.” Pour le directeur du tourisme, M. Labidi, “l’initiative est bonne, sauf que la personne doit être propriétaire de son appartement. Par ailleurs, les vacanciers doivent être déclarés pour que le client saisonnier passe des vacances dans de bonnes conditions.” Pour la directrice du commerce, Mme Samia Abbabsa, “nous encourageons l’investissement particulier dans le secteur du tourisme, mais les situations relevées au niveau des biens de l’OPGI restent informelles et illégales”. Par ailleurs, la réussite du phénomène location chez le particulier fait grincer des dents les hôteliers et les pouvoirs publics. Des procédures judiciaires seront lancées, avoue un administrateur. Et d’ajouter : “Avec la distribution dans les jours à venir de plus de 5000 logements, le phénomène deviendra à coup sûr plus inquiétant.”


Wahab M.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER