Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Fouggaret Ezzoua (In Salah)

Un village enfoui sous les dunes et les ordures !

Le village Fouggaret Laâreb disparaît petit à petit sous les dunes. © Karèche/Liberté

“La situation des lieux se dégrade de jour en jour avec l'avancée préoccupante des dunes dont le sable a déjà enseveli à moitié plusieurs maisons”, a déclaré à Liberté le représentant des villageois.

Le village Fouggaret Laâreb (commune de Fougaret Ezzoua, à 45 km du chef-lieu de la wilaya déléguée d’In Salah) illustre parfaitement les défaillances des autorités dans cette partie du grand Sud. Des dizaines de familles, habitant des maisons décrépites et sérieusement fragilisées par le poids des années, risquent d’être ensevelies sous les dunes de sable.
Dans une déclaration à Liberté, le représentant des villageois, Sofiane Djedid, dit avoir saisi les autorités locales à maintes reprises, en vain. “La situation des lieux se dégrade de jour en jour avec l'avancée préoccupante des dunes dont le sable a déjà enseveli à moitié plusieurs maisons.” Ces “oubliés de la République” interpellent les hautes autorités du pays pour leur venir en aide avant que d’autres malheurs ne surviennent. Notre interlocuteur s’indigne de l’absence d’une stratégie claire de lutte contre la désertification dans ce village qui tend à disparaître progressivement sous les dunes. La route menant vers la cité Bour Elkheir est entièrement ensablée, poussant ainsi les automobilistes à garer leurs véhicules à l’entrée de la cité ou à rebrousser carrément chemin.
Les deux magasins de la cité ont baissé rideau à cause de ce phénomène qui ne semble pas préoccuper les autorités déjà interpellées sur la gravité de la situation. “Les rapports et les lettres de doléances adressés au P/APC sont restés sans suite”, se lamente M. Djedid en brossant un tableau noir sur les problèmes qui meublent le quotidien des habitants de cette bourgade déshéritée.
L’absence de l’éclairage public et la vétusté du réseau d’assainissement dont le projet de réhabilitation, indique-t-il au passage, est en souffrance depuis plus de deux ans donnent une idée du calvaire enduré dans ce village qui voit les quelques habitations qui ont échappé à l’avancée du sable s’écrouler sous les monticules d’immondices. “Les bacs à ordures débordent en raison du ramassage irrégulier des détritus. En plus des odeurs pestilentielles qui s’y dégagent, les décharges sauvages se multiplient à tel point qu’elles favorisent la prolifération préoccupante d’insectes nécrophages et des moustiques qui envahissent nos maisons”, peste le représentant du village.
Du côté de l’APC, nous avons appris que le village en question a bénéficié récemment de deux opérations de désensablement et que le programme établi en cette période des vents de sable n’a pas pu être concrétisé en raison du manque de matériel approprié à ce genre d’opérations. Pour ce qui des autres problèmes soulevés, notre source a usé du langage des promesses et pris une attitude qui laisse comprendre que l’enfouissement de tout un village sous les dunes est une lapalissade à Fouggaret Ezzoua.


RABAH KARÈCHE

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER