Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Centre de conversion GPL de Naftal à Bouira

Une “cadence de tortue” déplorée

Mustapha Guitouni, ministre de l’énergie, en visite au centre de conversion GPL de Naftal, à Bouira. © D.R.

Il est appelé à “redoubler d’effort” pour contenter une demande croissante des automobilistes vers ce carburant économique.

C’est en substance ce qu’a souligné le ministre de l’Énergie, Mustapha Guitouni, lors de sa récente visite à Bouira. En effet, ce membre du gouvernement a affiché son mécontentement quant à la cadence des conversations effectuées. “Deux opérations par jour, c’est vraiment peu comparativement à nos objectifs et aux attentes des citoyens”, regrettera M. Guitouni, pour qui ce centre de conversion devra au minimum effectuer une dizaine de conversions par jour, avant de doubler ce chiffre. “Recrutez et formez du personnel, agrandissez vos installations ou bien faites-nous des propositions concrètes, mais en tout cas, je ne veux plus entendre parler de deux opérations par jour dans le réseau Naftal à Bouira”, indiquera le ministre. Il est vrai que les locaux du centre, situé à proximité de l’ancienne gare routière de Bouira, sont peu à même d’accueillir un nombre important de véhicules. Mieux encore, les délais pour prendre rendez-vous auprès des techniciens de ce centre sont inimaginables.
En effet, certains automobilistes croisés aux abords du centre et désirant prendre rendez-vous, dans le but de s’équiper en kit GPL, ont fait état de leur incompréhension quant aux délais qui leur sont proposés. “Je viens de décrocher un rendez-vous pour le 10 avril”, confiera un automobiliste croisé aux abords de ladite agence. Un autre, moins chanceux, s’est vu fixer un rendez-vous pour le 20 juin. Face à cette “cadence de tortue”, les automobilistes souhaitant s’équiper en kit GPL sont contraints de se tourner vers des opérateurs privés et néanmoins agréés par l’État. Ainsi, les concessionnaires de conversion vers le GPL pullulent à Bouira et offrent des délais d’attente relativement courts par rapport à ceux proposés par Naftal. C’est le cas d’un concessionnaire agréé basé dans la commune d’El-Esnam (est de Bouira), où le kit GPL est cédé pour la coquette sommes 62 000 DA et avec des rendez-vous qui oscillent entre 4 et 8 semaines. “C’est un investissement qui sera très vite rentabilisé compte tenu des kilomètres que j’avale au quotidien”, témoigne un automobiliste qui est venu prendre rendez-vous.
Un autre, qui se définit comme étant un “pionnier” du GPL, car il s’est équipé en 2006 et qui était là pour effectuer une simple révision, ce carburant est pour lui une aubaine.
Néanmoins, cette forte demande du GPL génère des inconvénients tels que la rupture des stocks de kits, qui sont importés soit de Turquie ou à degré moindre d’Italie. Au niveau de la ville de Bouira, d’autres concessionnaires agréés ont, semble-t-il, pris les devants en s’assurant un stock relativement suffisant, mais qui reste, selon eux, en deçà de la forte demande exprimée. “Il y a une véritable pénurie de kits, surtout séquentiel. Nous sommes soumis à une forte pression”, a-t-on fait savoir. Pour nos interlocuteurs, le nombre d’automobilistes roulant au GPL a augmenté de l’ordre de 30% en 2018. De ce fait, il est plus que nécessaire que les services de Naftal de Bouira suivent la cadence.


RAMDANE BOURAHLA

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER