Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Chronique ramadhanesque

“Le petit livre des grandes phrases” de Gilles Guilleron

“Ave Caesar. Morituri te salutant”. “Salut César. Ceux qui vont mourir te saluent.” Suétone (69-130)

Sous le règne des empereurs Julio-Claudiens, les jeux de cirque étaient très prisés : courses de chars, combats de bêtes, luttes de gladiateurs, naumachies (spectacles de combats navals) permettaient aux empereurs d’asseoir leur pouvoir, de vérifier et de soigner leur popularité. L’origine de cette formule fataliste se situe sous le règne de l’empereur Claude (10 av. J.-C. - 54 apr. J.-C.), particulièrement friand des combats de gladiateurs. L’auteur latin Suétone dans sa Vie des douze Césars rapporte l’anecdote suivante : “Avant de dessécher le lac Fucin, il (Claude) y donna une naumachie. Mais les combattants s’étant écriés : “Salut à l’empereur ! Nous te saluons avant de mourir !”, il répondit : “Salut à vous !”. Ils prirent ce mot pour une grâce, et aucun d’eux ne voulut plus combattre.” L’empereur dut alors les menacer et faire des promesses pour que le combat débute. C’est à partir de cet épisode que s’est répandue l’idée d’un tel salut des gladiateurs.

Les étourderies de Claude : Suétone rapporte qu’il invitait à dîner ou à jouer ceux qu’il avait condamnés à mort la veille et “se plaignant de leur retard, il leur envoyait un messager pour les gourmander...”.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER