Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Chronique ramadhanesque

15 RamadHan 1436, jeudi 2 juillet 2015

Le Jihad “armé” (3e partie)

©D. R.

À partir d’une lecture littéraliste tronquée, biaisée et non circonstanciée, certains leaders musulmans appellent à un jihad armé qui n’obéit à aucun critère et ne respecte aucune  des conditions établies par le Coran et la tradition du Prophète (PSL). Un verset coranique ou un hadith qui concerne un cas de légitime défense du temps du Prophète (psl) ne peut être utilisé pour légitimer les attaques terroristes, les attentats barbares contre des musulmans ou tout simplement le meurtre de juifs, de chrétiens ou d’athées juste parce qu’ils sont juifs, chrétiens ou d’athées.
Il arrive que des pays musulmans soient victimes d’injustice, d’agression, de menace d’agression, d’oppression ou que le respect de leur droit soit bafoué. Dans ces conditions, il est de la responsabilité des ces peuples ou ces pays de s’opposer à cet état de fait. C’est dans ce sens qu’a été révélé le verset 22-39/40 10 qui autorise le “jihad”, dans le sens lutte armée. Autrement dit, il faut appeler à la paix, combattre la violence, éviter les conflits, mais il faut en même temps se préparer à lutter et résister aux injustices et à l’oppression. En islam, il existe donc des situations où la lutte armée est légitimée. Il s’agit là d’une exception. La règle, elle, consiste à vivre en paix comme le rappelle le verset coranique : “Il ne vous est pas interdit vis-à-vis de ceux qui ne vous combattent pas pour votre religion et ne vous chassent pas de vos demeures d’établir des liens d’amitié et d’être juste à leur égard” 11 (Coran 60/8). L’Islam ne tolère la guerre que pour repousser une agression ennemie, puisque, selon le Coran, Dieu n’aime pas les agresseurs (Coran 10/5). Par ailleurs, le droit musulman (Al Fiqh) limite et encadre de façon très stricte les conditions et les effets de la guerre. En effet, durant et après la guerre, l’Islam interdit de tuer les femmes, les enfants, les vieillards, les aveugles, les invalides, les malades mentaux, les ermites, les paysans, les artisans et les commerçants. L’emploi de poison contre l’ennemi est prohibé. On ne doit pas brûler les corps des ennemis, même après leur mort. Il ne faut ni couper les arbres, ni détruire les récoltes, ni assécher les ressources d’eau potable 12.
Ainsi, le premier calife Abou Bakr (Que Dieu Soit Satisfait de lui) pendant qu'il répartissait l'armée de la Palestine sous le commandement du compagnon du Prophète (Psl) Oussama (Que Dieu Soit Satisfait de lui) disait :  “Ne vous comportez pas en traîtres ! Ne mutilez pas (vos ennemis), ne tuez ni enfant, ni vieillard, ni femme. N'abattez pas et ne brûlez pas les palmeraies, ni les arbres fruitiers .Ne tuez ni mouton, ni vache et ni chameau, sauf pour vous nourrir. Vous allez passer près des gens qui se sont retirés du monde pour s'adonner à la retraite (des moines chrétiens) : laissez-les tranquilles à leur vocation...” Puis il leur dit : “... Partez au nom de Dieu !” 
À chaque fois que cela est possible, il faut chercher à établir des relations ouvertes, amicales et respectueuses avec les gens qui ne partagent ni notre foi ni notre histoire pour faire progresser la connaissance mutuelle que nous devons avoir les uns avec les autres. Tous les versets coraniques et les paroles du Prophète (PSL) qui traitent de la guerre et de la lutte armée doivent être compris à la lumière du verset coranique 60/8 cité plus haut. Avant de parler de guerre ente les nations, de lutte ou de résistance, il faudra d’abord apprendre à parler avec et de son cœur qui peut justement être un champ de bataille.
Les tentatives d’instrumentalisation de l’Islam au service de prétentions guerrières qui n’ont rien de saintes sont nombreuses et l’Algérie en a payé un lourd tribut. Des personnes qui à partir d’une lecture littéraliste du Coran et de la tradition du prophète (Psl) sèment les graines de la haine entre les enfants d’un même pays, d’une même famille alors que le Prophète (psl) dit : “Le meilleur des Hommes est le plus utile aux Hommes” (hadith). La lutte contre la faim, le chômage, la délinquance, la toxicomanie et toutes les formes d’inégalité, voilà un jihad qui a besoin de chacun et de tous.

A. G.
Recteur de la mosquée de Villeurbanne et universitaire

10 - Autorisation est donnée aux victimes d’agression de se défendre car elles ont été injustement traitées. Et Dieu est, certes, capable de les secourir.  Ce sont ceux qui ont été expulsés de leurs demeures, contre toute justice, simplement parce qu’ils disaient : “Dieu est notre Seigneur”. “Si Dieu ne repoussait pas certaines personnes par d’autres, les ermitages seraient démolis, ainsi que les églises, les synagogues et les mosquées où le nom de Dieu est beaucoup invoqué. Dieu soutient, certes, ceux qui soutiennent Sa religion. Dieu est assurément Fort et Puissant” (Coran, 22/39-40). Ce verset montre clairement que les musulmans ne doivent prendre les armes qu’en cas de légitime défense. Il n’y a pas un seul verset dans le Coran qui incite à la lutte pour la propagation de la foi.
11 - Le motif du combat (jihad) belliqueux est l’agression de l’ennemi et non sa dénégation. Il s’agit d’une lutte défensive. Ceux qui ne manifestent aucune intention d’agressivité à l’égard des musulmans doivent être protégés.
12 - Le Prophète (Psl) a expliqué l'attitude que les musulmans doivent adopter en plein milieu d'une guerre brûlante : “Ne tuez pas les enfants. Évitez de toucher les personnes qui se consacrent aux cultes dans les églises ! N'assassinez jamais ni les femmes ni les vieillards. Ne brûlez pas les arbres, ne les abattez pas. Ne détruisez jamais les maisons” (rapporté par Ahmad).


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER