Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Chronique ramadhanesque

14 Ramadhan 1436, mercredi 1er juillet 2015

Le “petit” et le “grand” jihad (2e partie)

©D. R.

En Europe et plus particulièrement en France, il n’est pas un musulman ou une musulmane qui ne soit régulièrement interpellé (e) par cette question du «jihad» que l’on traduit systématiquement et improprement (y compris parfois par des musulmans) par le terme très réducteur de «guerre sainte».
Il paraît donc important de définir ce concept qui représente une des notions les plus fondamentales en Islam alors qu’il est souvent utilisé par les médias, notamment, avec une connotation fortement négative, voire terrifiante  sur fond de terrorisme «islamique» et d'attentats-suicides. De quoi s’agit-il véritablement ?
Au retour à Médine d’une expédition où des musulmans étaient confrontés à leurs ennemis après la conquête de la Mecque et la bataille de Hunayn (5) durant la huitième année de l’hégire (630), le Prophète (Psl) dit à ses compagnons : «Nous revenons du petit jihad vers le grand jihad.»  
Les compagnons demandèrent :  «Ô Envoyé de Dieu, quel jihad peut-il être plus grand que celui que l'ont vient d'accomplir ?» Il répondit : «Le jihad (la lutte, l'effort) d'un serviteur (de Dieu) contre ses propres désirs. »(6) Il qualifie ainsi la guerre de «petit jihad» par rapport au «grand jihad» qui consiste, lui, à faire l’effort de purification intérieure.
Ce hadith n'atteint peut-être pas un degré d'authenticité acceptable selon beaucoup de savants musulmans qui le considèrent comme faible (dha’if) (7) mais il est corroboré par beaucoup d'autres hadiths qui convergent vers le même sens. Ainsi, le Prophète (Psl) dit : "Le combattant dans la voie de Dieu est celui qui lutte contre son propre ego» (8) ou encore : "La meilleure façon de pratiquer le jihad consiste à lutter contre son ego et ses passions» (9). On voit donc une distinction claire entre le «petit jihad» qui est la lutte armée, la guerre, et le «grand jihad» qui est le combat intérieur, le combat spirituel.
Lutter contre ses forces les plus négatives, combattre son cœur, son égo et ses démons intérieurs et apprendre à vivre dans la proximité de Dieu, voilà le sens littéral  et figuré le mieux approprié au mot «jihad», comme le dit le Prophétique (Psl) : «Le meilleur des jihad est le combat du cœur, la maîtrise de soi.» (hadith)  
Il ne faut certes pas réduire la notion du «jihad» à sa seule dimension de purification intérieure et  de maîtrise de soi car dans le Coran, il est bien question d’une autre forme de «jihad» : la guerre ou la lutte armée. Malheureusement, les médias de façon générale ne retiennent que cette deuxième forme du «jihad» sans en connaître véritablement les tenants et les aboutissants et omettent souvent de préciser qu'il s'agit là de situations absolument exceptionnelles.
Mais les versets qui légitiment la violence et la guerre et qui appellent à tuer les non-musulmans existent bel et bien dans le Coran, disent souvent des non-musulmans ayant besoin d’éclairage.
Avant de traiter ces versets qui parlent de la guerre, il faut d’abord rappeler que le Coran présente la diversité comme un choix du Créateur : «Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté mais il en est ainsi afin de vous éprouver en ce qu’Il vous a donné. Rivalisez donc de bonté.» (Coran 5/48) Dieu nous appelle à rivaliser de bonté, à utiliser la diversité dans le bon sens, à vivre ensemble comme on le trouve dans un autre verset : «Ô gens, nous vous avons créés à partir d’un mâle et d’une femelle et nous avons fait de vous des peuples et des tribus pour que vous vous entreconnaissiez.» (Coran 49/13).
Il s’agit ici d’accepter la religion de l’autre, de respecter sa différence, de coopérer avec lui, de se prêter assistance et de chercher avec lui à établir un équilibre respectueux.
La finalité de la diversité des nations trouve justement son sens dans la volonté de chercher à s’entreconnaître, comme le disent clairement ces versets coraniques.
La diversité est notre défi, elle est notre épreuve de tous les jours, de tous les temps. Quand elle est bien gérée, elle équivaut à une rivalité dans la bonté. Mais quand elle est mal gérée, la diversité peut s’exprimer dans la volonté de puissance, dans la volonté de pouvoir et dans la violence dans ce monde où différentes traditions se mêlent et vivent ensemble.
Plusieurs thèses tentent aujourd’hui de placer l’évolution de nos sociétés  dans un schéma conflictuel. Les deux versets coraniques sus-cités nous invitent à construire plutôt une société tournée vers le respect et l’entente mutuelle, le partage, la solidarité et la collaboration.

(à suivre) A. G.
Recteur de la mosquée de Villeurbanne et universitaire

5 - La conquête de la Mecque a eu lieu en plein mois de Ramadhan de la huitième année de l’Hégire (630). Dans la même année a eu lieu la bataille de Hunayn qui est relatée dans le Coran (Voir versets 25-26/9).
6 - Voir  Târîkh Al  Baghdâdî   (L'Histoire de Bagdad) en arabe par  El Khatib All Baghdadi. Ce hadith est également rapporté par l’imam Al Bayhaqi.
7 - Les savants musulmans classent les hadiths (paroles) du Prophète (Psl) en 3 catégories : le hadith «Sahih» (authentique), le hadith «Hassane» (Bon) et le hadith «Dha’if» (faible). Ils ne retiennent pas et ne tiennent pas compte des hadiths considérés comme faibles.
8 - Rapporté par l’imam Attarmidhî.
9 - Rapporté par l’imam Adaylamî.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER