Autres / Chronique ramadhanesque

“Le petit livre des grandes phrases” de Gilles Guilleron

“Science sans conscience n’est que ruine de l’âme” François Rabelais (vers 1493-1553)

L’œuvre de Rebelais est dominée par des géants : Grandgousier, Gargantua et Pantagruel. Ceux-ci symbolisent le formidable appétit de connaissances du courant humaniste dont Rabelais est un des représentants les plus actifs. Ennemi des savoirs figés, curieux de tout, fasciné par la leçon des auteurs anciens, adepte des exercices physiques, Rabelais propose un mode d’éducation et de rapports au monde fondé sur le plaisir d’apprendre, l’humour et la sagesse. Ainsi, dans le chapitre VIII de Pantagruel (1532), le personnage éponyme écrit une longue lettre à son fils Gargantua ; celle-ci équivaut à un véritable programme d’éducation conforme aux ambitions humanistes. Parmi ses nombreuses recommandations, le père rappelle à son fils que «selon le sage Salomon, sapience n’entre point en âme malivole, et science sans conscience n’est que ruine de l’âme». Dans notre société où les découvertes scientifiques et technologiques nous placent chaque jour devant de nouvelles interrogations éthiques, on mesure toute la pertinence de la remarque du géant Pantagruel…