Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

chronique / ACTUALITÉS

Ainsi l’âne enfourcha son maître !

Cela s’est passé à l’université, considérée espace de progrès, de la raison et d’ouverture. Cela s’est produit dans l’une des universités algériennes et elles sont nombreuses, et tant mieux ! Celle qui a enfanté Mohamed Arkoun, Djamel Eddine Bencheikh, Abou el Aïd Doudou, Najat Khadda… et d’autres !
J’assistais à une rencontre-débat avec des doctorants. Les futurs chercheurs de la lumière ! La nouvelle intelligence algérienne. Le débat tournait autour de la place qu’occupe le roman algérien contemporain des deux langues dans la recherche universitaire.
À tour de rôle, dans une ambiance décontractée, libre et conviviale, chacun des intervenants a présenté son point de vue sur les difficultés rencontrées par les nouveaux chercheurs étudiant le roman algérien. Entre autres la non-disponibilité des textes romanesques dans les librairies des villes de l’intérieur. La faiblesse du niveau de la langue française ne permettant pas aux chercheurs de lire, d’analyser ou de décortiquer un roman dans sa langue d’origine. L’absence d’orientation des étudiants-chercheurs vers des nouveaux romans algériens. L’hégémonie des textes des doyens en comparaison avec les textes de la nouvelle génération d’écrivains arabophones ou francophones….
Le débat était le miroir de la crise que traverse la recherche en littérature jusqu’au moment où une jeune doctorante a demandé la parole.
Sur un ton amer, après une petite hésitation, la doctorante a pu se libérer pour expliquer et exposer son problème dans le choix de son sujet de thèse : “J’ai choisi un roman de Rachid Boudjedra comme corpus pour ma thèse de doctorat. Un choix comme les autres !! Après quelques mois, j’ai trouvé un encadreur !! Soulagement ! Avec enthousiasme et amour j’ai entamé mes lectures programmées. Par une soirée, avec grand intérêt et curiosité j’ai suivi le passage de Rachid Boudjedra invité dans une émission télévisuelle. Avec audace et clarté, l’écrivain Rachid Boudjedra a exposé son athéisme. Ceci ne m’a ni choquée ni éloignée de mon sujet. J’aime l’écriture romanesque rebelle. Je suis la sœur d’un frère qui dès sa deuxième année du collège a déserté définitivement les bancs de l’école. Il s’est débrouillé, je ne sais pas comment, une somme d’argent pour s’acheter un véhicule. Il s’est mis en travail noir comme taxieur clandestin ! Le lendemain de la diffusion de l’émission télévisuelle où Boudjedra était l’invité, mon frère est rentré un peu plus tôt que d’habitude. J’ai vite pensé qu’il a eu un problème avec la police, chose récurrente dans le quotidien des taxieurs clandestins. Ou une panne mécanique dans sa vieille bagnole ! Rien de tout cela ! Sur un ton menaçant et irrité, sans préambule, il a déversé sa colère sur moi en criant… Dès maintenant tu t’arrêtes et définitivement ton travail sur cet athée de Boudjedra. Je ne veux plus de ses romans entre tes mains ni dans ta chambre ni dans cette maison. Aujourd’hui, notre voisin le vendeur ambulant des légumes m’a ouvert les yeux sur ce mécréant ! Il vient de m’annoncer que ce kafer d’écrivain a déclaré à la télévision qu’il était apostat. Je refuse que ma sœur croyante, fille de bonne famille réalise une thèse sur la littérature d’un renégat. ) Et sur-le-champ, mon frère le taxieur clandestin a ramassé tous les romans de Boudjedra, mes fiches de lecture, les a glissés dans un sac-poubelle et il les a jetés sur le trottoir !…”
En écoutant le témoignage de cette jeune doctorante, son histoire avec son frère taxieur clandestin, celle qui sera, sans doute, dans un futur très proche, une enseignante universitaire ou une chercheure en littérature, je me suis dit : c’est l’ère où l’âne enfourche son maître !


A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
21 réactions
no passaran le 17/12/2015 à 10h30

Voici le poison que produit une société quand ses politiques tiennent des discours de caniveau. Quand ces gens comprendront-ils qu'il y plusieurs croyances et être athée est une philosophie. Ne savent-ils que leur cerveau flotte dans les eaux nauséabondes de l’ignorance et du fascisme. Ces ignorants ne peuvent pas concevoir qu'un Arabe peut être chrétien, bouddhiste ou Athée.Pourquoi s'étonner qu'on soit la risée du monde ? taxieur aime toi pour te sentir mieux dans ta peau.

M.larbi le 17/12/2015 à 21h46

Tous ceux qui ont lu 'Métamorphoses ('l'âne d'or') de l'excellent Apulée, écrivain algérien qui est à Ziani ce que Mozart est à Rimiti, savent que l'âne dont il est question dans son livre est bien plus noble que celui qui l'enfourche. Il fut un temps où l'Algérie était une pépinière de talents. Aujourd'hui, le bon grain s'est éclipsé et l'ivraie sévit crassement dans la presse, la littérature , les sciences et la politique. Un taxieur clandestin musulman pris pour un âne. Apulée reviens vite!

M.larbi le 17/12/2015 à 23h51

Chateaubriand disait dans 'Le génie du christianisme': '...malheur au voyageur qui aurait fait le tour du globe, et qui rentrerait athée sous le toit de ses pères !.' Nier Dieu, c'est avoir des yeux qui ne voient pas, des oreilles qui n'entendent pas et des coeurs qui ne vibrent pas. Nier Dieu, c'est être comme l'animal qui mange, dort, se reproduit et finit par mourir sans savoir pourquoi il nait, ni pourquoi il meurt.

Emmah le 19/12/2015 à 13h10

Ce qui est affligeant c'est qu'un marchant de légumes enseigne à un taxieur clandestin la bonne manière d'agir et celui-ci impose à une doctorante (rien que çà !) son inculture. Il faut dire que la doctorante est une femme, ceci explique cet acte de violence machiste contre elle. Dans une société où les filles sont studieuses et courageuses et qui font bouillir la marmite de la famille,on peut dire que "Ennissaou qawamouna 3ala ridjal". Comme disait Hamlet "c'est là le hic".

M.larbi le 20/12/2015 à 21h15

On a beau convoquer la raison, la logique, le bon sens, c'est toujours l'irruption des émotions irraisonnées qui y répond. On a beau faire témoigner d'illustres écrivains et penseurs qui ont donné à la littérature universelle et à la philosophie leurs lettres de noblesse, c'est toujours les inepties sur fond de digressions qui y font écho. Ce pays est tombé bien bas! On ose même changer les versets du Coran pour faire passer des idées oiseuses. Ce chauffeur de taxi est bien plus intelligent!

FAISAN le 21/12/2015 à 4h06

Cela dépendrait de la race d'ânes dont le Docteur Parle. Effectivement, il y a des ânes qui accomplissent leurs tâches avec discipline. Par contre, il y en a d'autres qui n'aiment pas du tout travailler. Souvent, le maitre finit par s'en débarrasser, en raison de leur paresse endémique. Je pense que l’âne évoqué par le Docteur Amin appartient à cette dernière catégorie. D'ailleurs, du Maroc au Bahrein, ils n'arrivent même pas à fondre un seul État de droit, la preuve.

no passaran le 21/12/2015 à 10h37

Les croisés, chrétiens sous tous rapports, sont entrés chez eux penauds en laissant derrière eux l'obscène boucherie de el Qods (Jérusalem). Le roi est mort vive le roi c'est ainsi que hurlent les hommes éternels voyageurs pour chasser leurs angoisses.

FAISAN le 21/12/2015 à 18h34

Cela dépendrait de la race d'ânes dont le Docteur Parle. Effectivement, il y a des ânes qui accomplissent leurs tâches avec discipline. Par contre, il y en a d'autres qui n'aiment pas du tout travailler. Souvent, le maitre finit par s'en débarrasser, en raison de leur paresse endémique. Je pense que l’âne évoqué par le Docteur Amin appartient à cette dernière catégorie. D'ailleurs, du Maroc au Bahrein, ils n'arrivent même pas à fonder un seul État de droit, la preuve.

M.larbi le 21/12/2015 à 22h58

"Les lettrés sont ceux qui ont lu dans les livres ; mais les penseurs, les génies, les flambeaux de l’humanité et les pionniers de la race humaine sont ceux qui ont lu directement dans le livre de l’univers". Ce n'est pas de moi mais de Arthur Schopenhauer. On a beau dire des vérités simples, les esprits obtus ne les entendent pas. Ils préfèrent les banalités et croient qu'ils pensent.

FAISAN le 23/12/2015 à 1h28

En général, réagir à l'aide d'un commentaire sous une chronique est la résultante d'une action intuitive. Mais il est fréquemment possible de rationaliser cette intuition a postériori. Là, je fais appel à la raison, pour réagir avec bon sens. En ces temps des fêtes, tous les livres dits sacrés méritent un enrobage, non pas de chocolat, mais de glaise... Alors, je m'excuse auprès de certains fatalistes, si j'en mets un peu plus pour leur livre dit sacré (guide des châtiments corporels).

M.larbi le 23/12/2015 à 13h04

Enrober les livres sacrés de glaise, c'est ce que j'appelle une réponse intuitive, qui ne relève pas de la raison, ni à priori, ni à postériori. Et puis la glaise, ma foi quelle noble matière! C'est de là que nous venons et c'est vers là que nous retournons. C'est le début de tout et la fin de tout. Les livres sacrés sont le commencement de toute la raison et le point nodal qui permet aux hommes de s'élever ou de s'abaisser. De Gaulle disait avec mépris "..Ces gens là n'aiment que le faisandé".

FAISAN le 24/12/2015 à 2h27

Des citations de De Gaulle au sujet des gens méprisables ? J'en connais beaucoup. « Qu’est-ce que les Arabes ? Les Arabes sont un peuple qui, depuis les jours de Mahomet, n’ont jamais réussi à constituer un État ». « Voulez-vous être bougnoulisés ? Voyons, Dronne! Donneriez-vous votre fille à marier à un bougnoule»... Par ailleurs, la prochaine fois, n’essaye pas de muscler ton vocabulaire pour impressionner. Ce qui est beau, c'est de faire du rase-mottes dans les nuages, comme disait l'autre.

M.larbi le 24/12/2015 à 13h35

De Gaulle se trompe si tant est que ces citations sont de lui. J'ai lu ses mémoires et je n'ai rien vu de tel. Il se trompe parce que les arabes ne sont pas tous musulmans et les musulmans ne sont pas tous arabes. Donc Mahomet n'a rien à voir là dedans. De Gaulle a peut être fait une méprise mais vous, en reprenant ses bêtises, vous vous rendez coupable d'ignorance ou de mauvaise foi, ou des deux à la fois. En passant, je donnerai bien ma fille à un bougnoul s'il est honnête et bien élevé.

FAISAN le 24/12/2015 à 18h33

Cesse de faire l'esbroufe. Je vous donnerez les références de la première citation:(cité par Cyrus Sulzberger, ancien directeur du New York Times, dans Les Derniers des géants, Ed. Albin Michel, 1972). Pour la 2e citation:Cité dans Le petit De Gaulle illustré. Ed. Le Crapouillot, 1967, et par J .R. Tournoux, La Tragédie du Général, op. Je suis très bien élevé et pas du tout hypocrite. Je ne me cache pas derrière mon petit doigt, je suis ingénieur-docteur en génie informatique...

M.larbi le 24/12/2015 à 19h25

Vous ne m'impressionnez pas du tout avec votre titre d'ingénieur docteur en informatique. Il se trouve aussi que je suis informaticien. mais je ne vous dirai ni mes titres, ni ma position et ce pour 3 raisons: la première c'est que cela ne regarde que moi. La seconde c'est que vous risquez de trouver votre titre somme toute moins flamboyant que vous ne le croyiez. la troisième, c'est que les titres, aussi pompeux soient-ils ne sont pas garants de plus d'intelligence ou plus de culture.

FAISAN le 25/12/2015 à 5h17

Je n'avais pas eu la chance de fréquenter l'école d'autrefois, l'arabisation idéologique obligeait. Mais sois sûr que je suis capable de te mettre à genoux sur tous les plans, avec tous les sens de l'expression. Dans un autre registre, c'est vrai que tu es pourvu de l’intelligence d'un perroquet ou, au moins, de son instinct le plus développé. D'ailleurs, tu m'impressionnes. Par ailleurs,de la monnaie, il y en aurait à profusion pour les frustrés et les religieux hypocrites de ton genre.

M.larbi le 25/12/2015 à 21h33

Ne vous énervez pas, ce n'est pas bon pour votre pression artérielle. Moi je ne vous en veux pas. J'essaie juste de comprendre comment un docteur-ingénieur en informatique réfléchit et raisonne comme un boutiquier. L'arabisation ne peut pas être en cause. Je n'ai pas suivi un cursus arabisant mais j'ai une parfaite maîtrise de l'arabe, de l'anglais et du kabyle. Le secret est dans l'effort. Mettez la barre haute et vous finirez par l'atteindre. C'est sûr que si elle est à portée de vos jambes...

FAISAN le 27/12/2015 à 19h49

Tu n'en finit pas avec tes palinodies. Tu méprises un boutiquier et tu glorifies l'intelligence d'un taxieur fraudeur. Là, tu dévoiles un peu plus ton intelligence et les contours de ta personnalité. En fait, tu ne sors pas de l'ordinaire des gens hypocrites auxquels je faisais allusion tout au long de la querelle. Et tout ce monde me rappelle le figuier stérile évoqué dans la bible, en plus de l'adage de chez nous (Adifak ouboudhou lakhrif). J'écris en français, mais je pense en Kabyle...

FAISAN le 27/12/2015 à 20h08

En outre, tu n'as ni la maitrise du Kabyle et encore moins la mentalité kabyle (issagh n'takbailith).Tout cela me fait penser à ma grand-mère, qui a trépassé et n'a jamais été l’école, mais qui jouissait d'une grande un intelligence. Il daisait: quand quelqu'un blasphème, ne vous en prenez pas à lui. Laissez la justice divine faire son œuvre et d'ajouter, en Kabyle bien-sûr (Garass adh rabi). Alors, si tu veux défendre l'islam, il existe bien d'autres façons qui conviennent à ta fougue.

FAISAN le 27/12/2015 à 23h58

Ahya Dda laarvi, ne te soucie pas trop pour ma santé. En plus d'être jeune, je la prends bien en main et quand je monte sur l'octogone, je me contente jamais de points, mais du kot. En vérité, je souffre d'un autre problème lié à une autre sorte de pression. Il n' y a que les spécialistes de la dynamique des fluides de ton expérience qui peuvent s'occuper, de cette montée brusque, d'une manière efficace. Mais je n'ai aucune idée sur l'achalandage.

FAISAN le 24/12/2015 à 19h06

De Gaulle (politiquement incorrect)au sujet des gens méprisables :Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont les Arabes, les Français sont les Français...(Cité par Benjamin Stora, Le Transfert d’une mémoire, Ed. La découverte, 1999). Mais il y a aussi un adage bien de chez nous: Un figuier qui pousse dans les matières fécales ne donnera jamais de figues.

Commentaires
21 réactions