Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

chronique / ACTUALITÉS

De la Kaâba à la tour Eiffel

Amine Zaoui

En hommage au poète Achraf Fayyadh, condamné à mort en Arabie Saoudite.

Le poète fait-il peur au point d’être condamné à mort ? Est-ce qu’un poète à l’image d’Achraf  Fayyadh, faiseur de mots, d’images, de vers et de musique, incarne le danger pour la nation musulmane ? Représente-t-il un risque pour l’existence de Dieu des musulmans ?
Quand on condamne à mort un poète au nom de l’islam, dans la terre de la révélation, cela n’est qu’un signe de l’extrême folie politico-religieuse. Le poète n’est qu’un oiseau dont les ailes sont pleines de cieux, dont les mots sont les terres des rêves.
Quand, au nom de l’islam, dans la terre native du Prophète, on délibère la tuerie d’un poète sous prétexte qu’il a blasphémé, ou sous n’importe quel prétexte, cela signifie, et par excellence, que nous sommes dans l’ère de la sauvagerie humaine.
Quand, au nom de la protection d’Allah !! on condamne à mort le poète, et dans l’autre côté du monde, celui, soi-disant, des droits de l’homme, celui, soit disant, de la liberté de la création, dans cette partie du monde appelé Occident, on se mure dans le silence complice, cela signifie que la sauvagerie humaine est générale, généralisée.
Quand, au nom de la religion, dans un pays ami !! on tue un poète, les enfants de l’Occident, ceux de Voltaire, de Lorca, de Nietzsche… doivent réagir. Si ces enfants ne font rien, ils sont adhérents à ce crime. Et, il faut le dire, sans rhétorique aucune : le terrorisme arrivera aux pieds de la tour Eiffel !
Afin de pouvoir assécher les sources du terrorisme islamique qui a frappé Paris, New-York, Londres… et menace Bruxelles, il faut défendre la vie menacée du poète Achraf Fayyadh dans les pays riches des wahhabites.
Protéger la liberté des poètes c’est arrêter l’hypocrisie politique et intellectuelle. Arrêter les mensonges. Arrêter de faire passer l’argent avant la liberté. Arrêter d’aimer un puits de pétrole plus qu’un poème. Arrêter d’adorer un carnet de chèques plus qu’un carnet de poète.
Afin que le terrorisme n’habite jamais à Paris, Damas, Oran, Tunis, Tanger, Dakar, Berlin ou Los Angles… il faut lutter pour préserver la vie des poètes.
Il faut dire, haut et clair : stop aux menaces, aux condamnations qui pleuvent sur les têtes des poètes et des internautes en Arabie Saoudite, source fondamentale du wahhabisme. Amie de l’Occident !
Afin de protéger le droit à la vie libre des citoyens, en Occident, loin de toute menace terroriste islamique, il faut défendre sans ambiguïté le droit à la vie libre dans le pays où gouvernent vos amis les islamistes wahhabites.
Quand on ferme les yeux sur le crime de la condamnation à mort du poète Achraf Fayyadh, les Baudelaire, les Rimbaud, les Mallarmé, les Malherbes, les Aragon se retournent dans leurs tombes. Et les poètes depuis Homère, passant par El-Mutanabbi, jusqu’à Kateb Yacine et Abdellatif Laâbi, se sentent trahis !  
Dieu, Allah et Yahvé n’ont pas besoin d’êtres humains qui prennent leur défense en déversant le sang des citoyens attablés dans une terrasse ou celui d’autres dansant sur une belle musique dans une salle de spectacle à Paris, ou en privant les poètes de leurs droits de vivre.
Le poète fait-il peur au point d’être condamné à mort ? Le poète à l’image d’Achraf Fayyadh, faiseur de mots, d’images, de vers et de musique, incarne-t-il le danger guettant la nation musulmane ? Représente-t-il un risque pour l’existence de Dieu des musulmans ?

A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
6 réactions
no passaran le 26/11/2015 à 11h09

s'il vous plait monsieur l'écrivain qui en principe maîtrise le sens des mots, ne parlez pas de Nation musulmane, tout au plus des gens de même religion. Une nation a un sens précis,elle repose sur un territoire, une histoire, une culture du quotidien etc. Donc un Algérien n'a presque rien de commun avec un chinois, un indonésien, un russe, un américain etc etc quand bien même ces gens sont musulmans. Il peut avoir en commun la notion de liberté contre les fascistes quelque soit leur nationalité

Zay-G le 27/11/2015 à 11h10

Fyyadh dément ces accusations d’apostasie et affirme être un musulman, ce qui, selon la loi islamique, l’immune contre ce sort puisque seul un aveu explicite peut le rendre coupable. Le cortège du poètes arabes tués pour leurs écrits va s’allonger encore عبيد بن الأبرص/طَرَفَة بن العبد/ المتنبى/ بشار ابن برد Voilà un extrait de son recueil qui a peut-être fait mouche et qui laisse la place à plusieurs lectures : عيناك، تماماً، مثل سجود الملائكة لآدم، مع حذف إبليس من المشهد.. لأغراض بلاغية.

ANGHANAGH OURNEMOUTH le 27/11/2015 à 12h23

Merci Monsieur Amine Zaoui de tout ce que vous faites dans vos articles, vraiment un travail de philo...Simplement j'aimerai bien vos écrits trouveront une bonne adresse ,si non c'est comme celui qui dance pour un aveugle .

M.larbi le 27/11/2015 à 14h49

Un pays, un peuple, une nation, ne vaut que par son niveau de développement intellectuel, culturel et moral. Quand un peuple se complait dans la paresse et nage dans un océan de médiocrité, alors il finit par se contenter de peu. Si peu! Au fond, ce n'est pas tant les Zaoui de ce monde, ces nouveaux marchands du temple qui squattent le monde de l'inculture ambiante, qui sont en faute. Ce sont leurs laudateurs qui ne méritent pas mieux.

AWIDKAN le 30/11/2015 à 21h00

Azul Amine, Je suis, à fond, avec toi dans tes prêches contre l'obscurantisme . Des gens qui , vivants, ils choisissent d'aller en enfer de peur d'y aller une fois mort!! Il y a quelque chose qui ne va pas dans cette religion.

M.larbi le 02/12/2015 à 19h07

Il faut être fou à lier pour choisir, volontairement, de vivre l'enfer ici-bas, et en enfer dans l'au delà. L'homme sage est celui qui choisit le paradis de Dieu contre l'enfer des hommes. Il n'y a de justice que divine et de paix que sous l'ombrelle de Dieu. Le reste n'est que soliloques et fadaises.

Commentaires
6 réactions