Scroll To Top
FLASH
  • 1 133 nouveaux cas de coronavirus et 19 décès enregistrés en Algérie durant les dernières 24h

chronique / ACTUALITÉS

Du Coran de Saddam à la Bible de Trump


La religion, qu’importe la religion, est un commerce juteux. Politiquement rentable. Il est juteux et profitable mais à haut risque, à l’image de la drogue ! 

Les politiciens chevronnés, les loups politicards, sont les meilleurs commerçants de ce bazar ancien comme le temps, ancien comme la terre. La prostitution et la religion sont les plus anciens boulots qu’a connus l’humanité. Et elles sont toujours d’actualité, toujours fécondes. Tout le monde ou presque est impliqué dans ce commerce alléchant. Les Européens, les Américains, les Arabes et les Nord-Africains investissent dans ce commerce transcontinental. Toutes les religions sont des fonds de commerce. Pour illustrer ce commerce informel mais généralisé, chez nous, du simple responsable administratif, en passant par le douktour d’université, le DG d’une compagnie aérienne jusqu’au sommet de l’échelle politico-sociale, tout le monde, tous sexes confondus, adorent ce bazar appétissant. Adorent marchander ! Et tout le monde en tire intérêts et bénéfices.  

Il n’y a pas un seul bureau d’un haut responsable algérien, sans la présence d’une ou de plusieurs exemplaires du saint Coran ! Hautement exposés sur le bureau ou derrière la vitre d’un meuble ! Et pourtant la place originale du Coran, c’est dans les cœurs !  Il n’y a pas un seul bureau d’un responsable sans un tableau ou plus accrochés au mur avec quelques versets coraniques sur la justice, la morale, l’hygiène, la transparence et l’intégrité ! Et pourtant la justice, la morale et l’hygiène devraient être le comportement quotidien de ce responsable ! Sur toutes les chaises, derrière les beaux bureaux des responsables algériens, des tapis de prière sont accrochés ! Tout cela n’est qu’arnaque politique, pour “manger” la petite cervelle du croyant dupe.  

Des milliers de profils sur les réseaux sociaux représentent des couvertures du saint Coran. Et je vous propose de faire un tour, une petite visite, dans ces pages dont le profil n’est qu’image du saint Coran, ou un verset, ou un hadith du prophète (QLSSSL). Libérez le Coran de l’hypocrisie politique. Rendez-le aux fidèles sincères et corrects. Dénoncez ces charlatans ! 
Tous les dirigeants politiques corrompus ont prêté, un jour, serment sur le Coran et ont trahi leur serment. Et tous ces corrompus, les voilà avec le Coran dans la main, sur le banc des accusés. Qui parmi nous a oublié cette image inoubliable du président Saddam Hussein, le Coran à la main, assis sur le banc des accusés ? Saddam Hussein était à la tête d’un parti soi-disant laïque, le parti Baath arabe socialiste. 

Il a fini ses jours dans la religion comme refuge. Afin d’attirer plus de sympathisants naïfs, il a même rajouté aux couleurs du drapeau national irakien l’expression “Allah Akbar” ! Seule la religion est la dernière eau de Javel capable de désinfecter l’image des politiciens criminels ou corrompus, aux yeux des fidèles naïfs et sincères. Mais tenir le Livre sacré comme masque n’est pas une maladie spécifiquement arabe ou musulmane, elle est aussi américaine !

Lorsque Georges Bush fils a décidé de partir en guerre en Orient contre l’Irak et l’Iran, et avant que les bombardiers F16 commencent leur sale boulot, Monsieur le Président a commencé son bombardement religieux d’abord. Tout le monde se souvient de sa phrase raciste : “Axis of Evil” (Axe du mal). Il a divisé le monde en deux parties : les bons et les mauvais, ceux de l’axe du bien et ceux de l’axe du mal. Ainsi, tous les musulmans se sont classés dans l’axe du mal et les chrétiens sont dans l’axe du bien. Il a essayé de réveiller la sédition religieuse longtemps ensommeillée, les nouvelles croisades !

Aujourd’hui, face à un échec criant dans la gestion de la pandémie de Covid-19, plus de 80 mille décès, vingt millions de chômeurs, devant l’incapacité des sociétés multinationales d’agir, devant les armes nucléaires intelligentes qui ne servent à grand-chose, voilà Monsieur le président Trump qui sort en Messie brandissant sa Bible devant la Maison-Blanche. Il veut sauver son pays et le monde par la Bible !
Comme à l’âge de chevaleresque du seizième siècle, la Bible à la main, en réalité Trump ne cherche à sauver que son élection en novembre 2020.  

L’image de Trump brandissant sa Bible n’est pas loin de celle de Saddam Hussein brandissant son Coran. Les dictateurs se ressemblent, puisent dans le religieux, dans la force, dans le trauma et dans la ruse. 
À l’image des dirigeants arabes et nord-africains, la Bible à la main de Trump joue, elle aussi, sur la théorie du complot. Les États-Unis d’Amérique de Trump le Messie comme les pays du Moyen-Orient ou de l’Afrique du Nord sont tous menacés par un ennemi : la main étrangère ! Chez Trump comme chez les dirigeants politiques arabes ou nord-africains, la cause de toute crise politique, économique ou sanitaire est : l’étranger. L’autre. Celui qui se trouve au-delà des frontières. Et Trump, comme nos dirigeants politiques, a trouvé la solution miracle et miraculeuse :  le Livre saint. Pour lui, c’est la Bible ; pour nos dirigeants, c’est le Coran. Et la victime est toujours la même : le citoyen et le fidèle !   

 


A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr  


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER