Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

chronique / ACTUALITÉS

Mère, prostituée ou hadja ?

Elle naît comme toutes les autres filles aux quatre coins du monde. Belle. Ange. Pleine de rêves. Fascinée par les jouets. Comment l’ange-fille se métamorphose-elle en diable, dans le monde arabo-musulman ?

 

La fille musulmane naît encerclée par des centaines de vigiles. Toute sorte de vigiles. Ils sont dans la langue. Dans la morale. Dans la rue. Dans le regard. Dans le hadith. Dans des fatwas perverses.  
Elle est née condamnée. Elle est la faute-suprême. Elle est l’erreur-tentation. Elle est la trahison-possible. Elle est la fornication-attendue. Elle est le serpent dans la poche. Elle est la malédiction-retardée.
Dès que la fillette met le pied dans la rue, le regard entre les pieds, elle devient une bombe sexuelle qui menace la galaxie tribale. Dès qu’elle commence à se regarder dans la glace, elle devient la sœur du Satan, “chitane” qui dérange les ablutions des prieurs. Dès qu’elle s’assoit sur le banc d’école, elle est soupçonnée de semeuse de chaos !  Dès qu’elle fait son premier pas sur un talon, elle menace l’équilibre de la terre dans son parcours sur l’orbite habituelle, et donc, elle est exclue de l’espace des anges.
La tentation est un talon. Le séisme est un talon aiguille ! Dès qu’elle met son premier coup de rouge à lèvres, sur des petites lèvres frissonnantes, avec une petite moue, elle est chassée du domaine de l’être humain. Dès qu’elle a son sang, elle est envoyée en enfer des diables. Une bombe séxuante !
Dans le monde musulman, la féminité est le droit chemin vers l’enfer. D’ailleurs, l’enfer selon les musulmans est rempli de femmes. Dans l’enfer musulman, il y a plus de femmes que d’hommes ! Dès la naissance de la fille, la société musulmane attend, et vite, le jour J où on dépêche cette créature vers l’espace des mamans. Il faut que son corps satanique dégage l’odeur du lait maternel à la place du parfum du désir féminin. Il faut éteindre le corps féminin dans le linceul maternel ! Le lait maternel ne libère pas la femme musulmane, plutôt il lui change la prison. Il lui troque   les vigiles qui l’entourent. Du père à l’époux. Du frère à l’enfant. De l’oncle au beau-frère. De la grand-mère à la belle-mère. Aux yeux de la société islamisée, la femme restera entre mère et pute jusqu’au jour où elle devient une Hadja pèlerine.  
Le premier jour du sang, la menstruation, qui est le rdv avec la féminité, est un jour  de peur et de  malédiction. Un rdv avec le diable. Le serpent dort dans le nid familial ! Le serpent est dans la peau.  
Dans la société musulmane, de la première goutte du sang de la nubilité jusqu’au jour de l’obtention triomphale du passeport pour el Hadj le pèlerinage, la femme demeure “encloîtrée” dans la zone interdite. L’exception confirme la règle.  
On ne voit en elle, d’elle, que le corps vidé de tout sens humain. Qu’une chose pour le sexe. Une chose sexuelle. Il faut la cacher. L’enterrer. Puis, la déterrer !
La femme musulmane vieillit mal. Une vieillesse sans féminité. Le religieux, la société islamisée fait d’elle une maman, une pute ou une haja pèlerine !
Dépasser la quarantaine, elle est vieille, elle est  jugée haja pèlerine. Elle est obligée d’oublier sa vie individuelle. À tuer son corps vivant. À asphyxier son esprit. Omettre sa liberté.
Vous allez me dire : non, le monde musulman a changé.
Je vous dis : si, mais pas assez. Le mal est toujours là. Le machisme est l’idéologie qui règne dans la politique, dans l’économie, dans la rue ! Et les parlementaires arabo-musulmans, et à l’heure où leur pays est en guerre religieuse et ethnique, où leur pays sont en mauvaise santé, leur population est en famine, eux, votent, avec une majorité écrasante, des lois pour légaliser le mariage des filles de neuf ans ! Je suis triste, en colère mais debout!


A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
12 réactions
ASSIL le 26/01/2018 à 22h04

La majorité des medias de l'Occident martèlent continuellement que l'Islam subjugue la femme et que le Coran accorde plus de privilège aux hommes. Un préjugé acquit par un constat social et politique plus que par une analyse et compréhension des fondements authentiques de l'Islam. Toute la problématique réside dans les sens que l'Occident attribue au terme ""l'égalité", un sens large qui fait abstraction des spécificités de la femme, nous devons non pas vivre en tant qu'hommes ....

ASSIL le 26/01/2018 à 22h05

.....avec cette différence mais la respecter dignement .Certes, certaines souches des sociétés musulmanes (je dirais pas l'Islam) ont dévalorisé ou même opprimé la femme et ce pour une multitut de raisons .En premier c'est tout simplement la fausse lecture ou l'interprétation erronée et dénaturée des percettes relatives à la femme. Secondement le poids et l'impact de la culture patriarcale qui a eu sa part dans certaines FETWAS et lecture. En dernier c'est ce discours traditionnel...

ASSIL le 26/01/2018 à 22h06

qui s'inspire de l'image de la femme comme complément de l'homme et non associée .Les défaillances des absurdités des zélés et extrémistes ne doivent en aucun nous inciter à imputer leurs actes à l'Islam .Le comportement d'un fou du volant ou l'hécatombe sur les routes ne doivent pas nous inciter à maudire la voiture et encore moins la mécanique .Certains de notre élite parlent souvent de la femme, sujet devenu le maitre mot du discours sur l'Islam en Occident. 

ASSIL le 26/01/2018 à 22h06

Le débat légitime sur Le terrorisme et la violence des politiques et l'expression des féministes sur l'oppression de la femme de certaines sociétés Musulmanes ont tendance à amalgamer la question et voiler la grandeur de l'Islam. L'islamophobie est une réalité tout comme l'extrémisme religieux. Blâmer un camp en usant des arguments de l'autre sans ses férerer aux sources et la pureté de l'Islam, serait tout simplement un engagement dans un débat haineux négationniste. 

ASSIL le 26/01/2018 à 22h08

La question de la femme a fait couler beaucoup d'encre durant ces dernières décennies .Ce qui est regrettable c'est de voir et lire un antagonisme de sourds .D'un côté un mouvement féministe avec une vision démesurée sur la liberté de la femme ,ayant accouché du phénomène "femen" face à des théologiens radicaux.En Islam les hommes et les femmes sont égaux.Mais l'égalité ne signifie pas identique.c'est en harmonie avec leurs différence physiologique ,physique et psychologique...

Argaz le 29/01/2018 à 16h44

ASSIL excusez mon intrusion, je voulais juste apporter un éclairage : Faire le parallèle oui mais en ayant suffisamment de connaissance et aussi du courage pour le dire. Le décalage entre la parole de Dieu et ce que j'appelle les pratiques tribales qui relèvent de la non connaissance de l'humain par rapport aux préceptes ce qui fausse complètement les données. Notre pensée s'est figée lorsque el Idjtihad n'ayant plus droit de cité. Cordialement.

Argaz le 29/01/2018 à 16h44

ASSIL excusez mon intrusion, je voulais juste apporter un éclairage : Faire le parallèle oui mais en ayant suffisamment de connaissance et aussi du courage pour le dire. Le décalage entre la parole de Dieu et ce que j'appelle les pratiques tribales qui relèvent de la non connaissance de l'humain par rapport aux préceptes ce qui fausse complètement les données. Notre pensée s'est figée lorsque el Idjtihad n'ayant plus droit de cité. Cordialement.

ASSIL le 30/01/2018 à 15h48

C'est exactement le sens de mes propos... Les uns dénaturent le message divin d'autres en revanche proclament la liberté sans limite de pudeur et de vertu..

ASSIL le 26/01/2018 à 22h15

que le noble Coran aborde et définit leur relation......Quant à cette culture de femme sources des péchés,femme satanique ou ange des rêves ,le fameux mouvement " ni P... ni soumise" a clairement défini et prouvé que la liberté de la femme sans la présence et l'autorité de l'homme engendre fatalement la défaillance morale...qui engendre non pas la femme soumise et opprimée mais toute une société immorale et sans pudeur....ASSIL KSEL

ALISID le 29/01/2018 à 15h26

Bonjour, monsieur ZAOUI à travers votre article, vous avez ébranlé ce qui était et demeure bien enfoui dans mes entrailles de père et de frère jadis ! j'ai une petite fille à l'age des fleurs et je souhaite qu'elle évolue dans un monde meilleure que celui nos mères, sans préjugés ! le chef de famille en avant et la femme suivant son ombre! j'estime comme même que les valeurs religieuses justes soient mises en exergue concernant l'éducation de nos enfants et de notre société malade! merci

hanna le 29/01/2018 à 18h14

Le discours s'adresse au monde musulman comme un autrui étrange (dans le monde musulman ,chez les musulmans...)hors il vient d'un supposé né d'une mère musulmane, n'y a t-il pas de stigmates schizophréniques dans tout ça? Admettons qu'il y a dans tout ça certaine réalité ,est-ce justifiable,d'insulter en masse nos mères et nos sœurs de cette façon vulgaire?! Et que dire à nos chercheuses,médecins et cadres musulmanes? Un manque cruel de pédagogie dans ces critiques plutôt islamophobes!!

muccuccu le 08/02/2018 à 14h44

Maintenant je comprend pourquoi l'algérie n'avance et n'avancera pas! Au lieu de penser au developpement du pays on pense à se qui se cache sous les vetements. ça vend du papier....A bon entendeur salut!

Commentaires
12 réactions