Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

chronique / ACTUALITÉS

Quand la menthe pousse à Montréal !

La menthe pousse-t-elle à Montréal ? Pourquoi les jeunes Algériens, les garçons comme les filles, rêvent de partir au-delà des frontières ? Pas uniquement les jeunes, d’ailleurs, les vieux aussi. Tout le monde souhaite enjamber la mer. Sortir du pays. Quitter le village et la mère. Tourner le dos aux aïeuls et à la montagne.

Et pourtant nous avons un pays aussi beau que les autres terres d’Allah. Et nous avons une littérature aussi belle que les autres littératures du monde. Et nous avons trois langues, l’arabe, le tamazigh et le français. Et nous avons de belles femmes aussi belles que les autres femmes du monde. Et nous avons un soleil qui se lève et qui se couche à l’heure hivernale et à une autre estivale. Et nous avons des étoiles sur des têtes et des âmes pleines de dégoûtage ! Et nous avons du vin, du bon et du mauvais. Et nous avons des belles chansons. Et nous avons un désert vierge en forme d’un conte vivant. Et nous avons un Dieu qui nous guette, matin et soir, par le biais des yeux de ses deux anges fixés sur nos deux épaules, des yeux qui ne dorment jamais ! Et nous avons des fêtes nationales, d’autres religieuses et d’autres agricoles. Et nous avons des oranges. Et nous avons des olives et de l’huile d’olive. Et nous avons des banques (je ne suis pas sûr !). Mais pourquoi est-ce que tout le monde rêve de partir, abandonner ce beau pays ?
Ils veulent partir, ce n’est pas parce le chômage gangrène le pays. Le chômage est un phénomène planétaire ou presque.
Ils rêvent de quitter leur pays, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de liberté. Les autres pays, eux aussi, souffrent de toutes sortes de dictatures théocrate, militaire ou financière.
Le jeune Algérien souhaite quitter ce pays vers d’autres horizons, d’autres cieux plus incléments que le ciel de son pays, parce que, tout simplement, il n’y a pas de vie dans son pays. On ne vit pas en Algérie, on décompte les jours. On ronge l’ennui du temps, heure après heure, minute après minute. L’Algérien rêve de quitter ce pays parce qu’il n’y a pas de vie vivante, palpitante. Les villes sont des fantômes. Les villages des amas de constructions. Les maisons des tombeaux.
Les gens grignotent leurs jours au lieu de croquer  leur pomme de la vie ! Nous avons un pays beau mais trop triste ! Mélancolique ! Sombre. Je ne suis pas pessimiste mais c’est la réalité amère d’un pays que je le veux en miel.  Toute société où le rêve ne pousse pas est une société violente et kamikaze. Prête au suicide. L’Algérien ne sourit pas ou pas assez. Ne rit pas ou pas assez. Il est grincheux.   
Nous vivons dans la société la plus islamisée, mais nous sommes, en même temps, une société hypocrite. La religion est devenue une façade, un visa d’hypocrisie sociale.  
L’Algérien veut partir de l’Algérie, fuyant cette hypocrisie généralisée. Il faut le dire : nous sommes le pays le plus consommateur de vin et de boissons alcoolisées et on n’a pas de bars, quelques-uns ! C’est l’hypocrisie politique mariée à la tricherie et la corruption. Les enfants de cette nouvelle Algérie ont soif, soif à la vie ! Ils veulent de l’art. De la culture. Du bon pain. Du rire. De la justice.  Tout ce que demande un jeune Algérien : moins d’hypocrisie politique, moins d’hypocrisie religieuse, moins d’hypocrisie morale, moins d’hypocrisie intellectuelle et l’Algérie redeviendra un pays de  vie. Une terre qui ne sera jamais  abandonnée ou lâchée par ses enfants, les petits-enfants des chouhada et des moudjahidine.
Les jeunes Algériens veulent s’exploser mais pas à l’image d’un kamikaze ! Ils veulent s’exploser de vie, de bonheur de la vie ! Et c’est possible, oui c’est possible ! La menthe ne pousse ni à Montréal ni à Stockholm. Il pousse, certes, à Ghazaouet, à Tazmalt ou à Arris.


A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
12 réactions
ASSIL le 18/03/2018 à 13h05

À mon avis les raisons et les facteurs qui sont derrière l'immobilisme ou du moins le retard multidimensionnel qu'endure les pays de l'hémisphère Sud,ne sont pas uniquement internes. Sans vouloir crier haut et fort la thèse conspirationniste, mais je dois dire que les évènements du printemps Arabe ont clairement révélé certains enjeux et acteurs qui parfois échappent au simple citoyen.L'occident avec son armada technologique notamment mediatique,qui même en apparence accompagne ......

ASSIL le 18/03/2018 à 13h05

...les mouvements des masses dénonciatrices de la dictature. Cet occident agit en parallèle à un plan économique et culturel.Sauf que parfois en politique avec le prévisible il y a aussi l'imprévisible. Il suffit de lire les évènements en profondeur et surtout l'enchaînement chronologique des faits. Lors du soulevement populaire en Egypte, une figure montante avait fait le tour du monde, elle n'était autre que celle du directeur de Google dans le moyen orient. Ce jeune webmaster Égyptien .....

ASSIL le 18/03/2018 à 13h06

.....permettre la transmission par satellite aux cyber dissidents. Chose qui a été refusée aux Syriens tout au début de leur mouvement pacifique. Cette solidarité sélective montre clairement que l'enjeu démocratique et la volonté des peuples n'est pas le seul mot d'ordre occidental. Vodaphone lors de l'occupation de MAYDEN ETAHRIR du Caire adressait ouvertement aux Égyptiens le message "rentrez chez-vous" .... Ces compagnies qui interviennent sur le champ des révoltes. Au nom de qui ....

ASSIL le 18/03/2018 à 13h08

......ou de quoi agissent-elles ? Quant aux soulevement Tunisien, dont l'etincelle était l'immolation de Bouazizi se termine par le départ de Benali.Ce jour la Barack Obama salua le peuple en déclarant " que c'est une ère nouvelle qui commence pour les Tunisiens "John Kerry déclara "c'est le début d'une grande ère pour le monde Arabe". Cette ère nouvelle ramènera SEBTI un homme de Benali au pouvoir.C'est pour dire que nous devons pas croire que tout se passe selon la volonté des peuples...

ASSIL le 18/03/2018 à 13h09

......nous devons cesser d'êtres naïfs,les décisions se prennent et les alliances se font par la volonté des occidentaux,il suffit de relire la chronologie des évènements pour découvrir une volonté manifeste d'avoir le contrôle sur les peuples et les régimes en particulier les pays riches en gisement ou ayant une position géographique stratégique. Maintenant devrons-nous dire qu'il y a conspiration générale,tout est controlé et qu'il y a des enjeux qui nous dépassent et que l'attitude.....

ASSIL le 18/03/2018 à 13h09

......nous devons cesser d'êtres naïfs,les décisions se prennent et les alliances se font par la volonté des occidentaux,il suffit de relire la chronologie des évènements pour découvrir une volonté manifeste d'avoir le contrôle sur les peuples et les régimes en particulier les pays riches en gisement ou ayant une position géographique stratégique. Maintenant devrons-nous dire qu'il y a conspiration générale,tout est controlé et qu'il y a des enjeux qui nous dépassent et que l'attitude.....

ASSIL le 18/03/2018 à 13h10

.....des Américains et des Européens avec les dictature est conditionée par des interets économique et géostratégiques,je dirais Non. C'est notre perception de la nature du dialogue interne qui doit changer. Nous nous débattons dans le piège de la polarisation, si nous lisons ou écoutons les débats depuis l'Egypte au Maroc il y a une polarisation idéologique paralisante,contre productive ou la personne est laique ou qu'elle est islamiste.Alors que le problème, c'est comment évoluer ce pays..

ASSIL le 18/03/2018 à 13h11

.....comment lutter contre la pauvreté au lieu de se noyer dans un formalisme qui fausse les débats sur les vraies questions,nous poussons les gens vers une confrontation idélogique sans pouvoir créer un vrai débat politique. La société civile vit une vraie crise de débat politique.les laiques qui s'expriment comme élite sans base populaire ou référence de masse et les islamistes divisés qui se soucient de la gestion du quotidien plus que par une vision stratégique à long terme.....

ASSIL le 18/03/2018 à 13h13

Si les intellectuels,si la société civile, si les leaders politiques sortaient un peu de cette confrontation idéologique sans qu'il y es t imposition des termes du débat mais juste le bien etre du citoyen .Le débat serait plus productif . La confrontation idélogique rend les débats stéril.Pour revenir au sujet de la chronique, je dirais que EL HARGA ce phénomène ou fléau ne doit pas etre étudier en faisant abstraction du contexte général et l'état socio-économique et meme culturel... ASSIL KSEL

hanna le 21/03/2018 à 15h19

Quand on sème le savoir,l'art de vie et le comportement civique tout simplement on aura logiquement une jeunesse radieuse et prometteuse fière de son passé et ambitieuse pour son avenir bien équilibrée et à l'abris des kamikazes. Alors cessons de diffuser les messages de la haine et de la division et donnons un peu d'espoir et plus de valeurs à cette jeunesse perdue et étouffée. Nous somme responsable de nos écrits et de nos commentaires, saisissons l'occasion pour laisser des bons traces!!

hanna le 21/03/2018 à 15h38

Quand on sème le savoir,l'art de vie et le comportement civique tout simplement on aura logiquement une jeunesse radieuse et prometteuse fière de son passé et ambitieuse pour son avenir bien équilibrée et à l'abris des kamikazes. Alors cessons de diffuser les messages de la haine et de la division et donnons un peu d'espoir et plus de valeurs à cette jeunesse perdue et étouffée. Nous somme responsable de nos écrits et de nos commentaires, saisissons l'occasion pour laisser des bonnes traces!!

Argaz le 21/03/2018 à 17h28

Le phénomène de la harga cher Amine Zaoui est un indicateur d’instabilité morale, idéologique, sociologique et sociétale à la fois. C’est une espèce de frénésie dont est saisie la société d’une manière générale et la jeunesse plus particulièrement. Il ne faut pas se cacher la face pour s’égosiller inutilement. Horizon incertain, précarité, instabilité sociale, et un environnement hostile à toute émergence d’opinion, d’action à même de tenter d’infléchir le cours des événements…etc. Cordialement

Commentaires
12 réactions