Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Civilisation et spiritualité

Culture de la paix

Honorer la vie

Du fait qu’il fut un homme de paix, et de par sa noble lignée, sa pureté du cœur, ses hautes qualités prédestinées et sa nature ummî, vierge de tout savoir, statut de la perfection, le Prophète (sws) a été apte à recevoir la révélation ultime, élu en tant que Sceau des prophètes. Le plus grand des titres pour un humain, inégalable. Vierge de toute altération, l’adjectif ummî apparaît cinq fois dans le Coran ; une seule fois au singulier à propos du Prophète (7 : 157-158). L’ummî est celui qui est resté dans l’état ou sa mère (umm) l’a enfanté. Il renvoie à la fitra primordiale, la pureté originelle, dont chaque âme est nantie. Appliqué au Prophète, il désigne une pureté et une virginité en matière de savoir sur Dieu, et en même temps une aptitude à recevoir le Vrai, comme le montre le verset 48 de la sourate 29 : “Avant (la révélation du Coran), tu ne récitais aucun livre, ni n’en écrivais aucun de ta dextre”. Ibn ‘Arabî et Ibn Khaldoun considèrent que la ummiyya du Prophète signifie sa perfection. Les biographes rapportent que Muhammad (sws), quelques semaines avant le début de la Révélation, à l’âge de quarante ans, faisait  “des rêves limpides comme le surgissement de l’aube”. Ce qu’il voyait dans le sommeil, il en expérimentait le sens et la pratique dans les faits. Éveillé, il entendait souvent une voix étrange. Il cherchait qui lui parlait, sans trouver personne ; ces phénomènes le troublaient. La voix invisible devint de plus en plus fréquente, quelques jours avant le début de la Révélation qui débuta en l’an 610. Il entendait une voix venant des rochers ou des arbres, qui le saluait en l’appelant par son nom. La nature dans ses manifestations, par la volonté de Dieu, le saluait et lui rendait hommage. À quarante ans, le Prophète (sws) était attiré par la solitude et le silence, recherchant un rapport à l’Invisible qui apaise son âme. Quelque temps avant la Révélation, la sainte vision “ruyya al ssaliha”, il pratiquait une retraite spirituelle dans une des montagnes qui dominent  La  Mecque, à quelques kilomètres au nord-est, qui devint par la suite le “mont de la lumière” (jabal  nûr), et la grotte où il méditait que l’on désigne du nom de Hirâ’, signifiant “étonnement”. Il s’y retirait pour prendre du recul et s’éloigner du paganisme, des polythéistes et des idolâtres. Cependant, il n’était pas un ermite, il ne se coupait pas de sa société, de sa famille, de son épouse et confidente Khadîdja.

M. C.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER