Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Bouteflika, l’islamisme et le danger de fitna

“L’unité du peuple algérien sunnite est confrontée, aujourd’hui, à des idées qui nous sont complètement étrangères et à d’effrayantes thèses religieuses qui ont été, dans un passé très proche, source de fitna, et pourraient encore l’être si elles ne sont pas appréhendées avec clairvoyance.” Ainsi s’alarme le président de la République de l’offensive de doctrines obscurantistes dans son message de “Yaoum el-ilm”.
Mais dans ce message, il prend soin de contrebalancer sa dénonciation du danger sectaire islamiste par l’expression de son inquiétude face “à la déferlante civilisation occidentale sur le monde d’aujourd’hui”. Plus précisément, il dit appréhender notre incapacité à relever “le double défi” de “réussir l’acquisition du savoir et les moyens du développement économique et technique par nos générations montantes” et de “maintenir l’attachement de notre société tout entière à ses références spirituelles et civilisationnelles authentiques”.
Le propos illustre le dilemme de nos gouvernants, même quand ils ont eux-mêmes eu à assumer la confrontation à la réalité moderne sans se départir de leur référence civilisationnelle. Ils n’arrivent pas à reconnaître à leurs peuples l’aptitude à affronter la modernité sans être assistés et surveillés par leurs directeurs de conscience que sont leurs dirigeants et leurs imams. Ils leur refusent alors toute liberté de conscience. Et pour les maintenir dans le respect de la norme dominante, ils invoquent, en même temps que le devoir de méfiance contre la malveillance éventuelle de leurs gourous, une obligation de vigilance civilisationnelle envers la modernité occidentale. Parce qu’il n’est pas défendable de renoncer à s’inspirer d’expériences de développement, d’une part, et parce qu’ils n’ont eux-mêmes ni l’intérêt ni le courage de s’émanciper de l’idéologie populiste, d’autre part, nos dirigeants décrètent une équidistance entre les risques culturels auxquels nous exposent la quête de modernité et l’effet décérébrant de l’hégémonie obscurantiste.
Ainsi, au sortir d’une fitna qui peut récidiver, comme il le redoute lui-même, le Président s’est illustré par la fréquentation régulière et médiatisée de ces promoteurs de ces projets invasifs et régressifs, comme Al-Qaradaoui et Ghannouchi.
Une société ne peut se protéger des agressions culturelles que par une éducation adéquate. C’est l’école qu’il faudrait d’abord libérer de l’endoctrinement instillé par des instituteurs prêcheurs enseignant aux enfants à plomber leurs cerveaux de préceptes certifiés qui les prémuniraient contre l’invasion de “la déferlante civilisation occidentale”. Ni formation à la critique, ni réflexion philosophique, ni d’histoire discutable… Que des recettes structurantes pour la formation d’esprits calfeutrés, imperméables et intolérants à la pensée divergente !
Après toutes ces décennies de régression scolaire et culturelle, normal que nous en soyons à croire en l’efficacité de la rokia plutôt qu’en celle de la médecine scientifique. Les promoteurs des charlatanismes en tout genre ne se comptent pas parmi les seuls activistes religieux ; il y a beaucoup d’authentiques “scientifiques” formés par l’école et l’université algériennes, dont des médecins adeptes de la hidjama !
C’est que la fitna n’est pas l’effet du hasard ; on nous y a préparés. Et on nous y prépare encore.

M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER