Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Cinquième mandat : campagne en solo du régime

Après le FLN, le gouvernement est entré en campagne pour le cinquième mandat. Celle-ci ne se limite plus au matraquage psychologique autour d’un prétendu bilan positif du règne de Bouteflika : les ministres ne sortent plus les mains vides, ils vont au-devant des électeurs avec du gaz pour Tamanrasset, des appartements à prix modérés pour les émigrés ou, au minimum, des promesses pour tout le monde.
Il y a quelque chose de pas régulier dans ce démarrage anticipé d’une précampagne qui, plus est, est à la charge de l’État. Les autres candidats potentiels devront rattraper, et sans les mêmes moyens, l’avance prise par une candidature patente, mais tenue secrète.
Car ce n’est tout de même pas pour passer le temps qu’Ould Abbes s’active à accommoder un beau bilan des vingt années de régime, qu’il appelle ensuite le Président à rempiler pour un cinquième tour et qu’il demande, par exemple, au ministre de l’Enseignement supérieur de lui réunir les associations “organiques” d’étudiants pour leur faire part de l’amour que Bouteflika leur voue. Pendant que son collègue des Affaires religieuses prétend chasser la politique de la mosquée, Hadjar la fait formellement entrer à l’Université, et par une action de flagrante propagande électorale.
Pour une année, la vie institutionnelle sera donc centrée sur l’objectif prioritaire d’une banalisation de l’idée d’un cinquième mandat. Autant dire que ce cinquième mandat, c’est déjà plié, tant la sensibilité politique des Algériens est désactivée et tant ils sont disposés à stagner  dans le statu quo, pourvu qu’il conserve sa nature rentière.
Les conditions psychologiques de la continuité étant réunies, il ne reste au pouvoir qu’à imposer les apparences de sa popularité et à contrôler les semblants de formalités autour de son plébiscite renouvelé. Gageons que même les lièvres utiles ont déjà été approchés et ralliés à la cause, si l’on en juge par de soudains frétillements de traditionnels seconds rôles.
Pour le bilan, le régime étant seul à vraiment parler, il ne sera pas difficile de présenter un fiasco sous les traits d’un miracle. Sinon, vingt ans d’une présidence, c’est déjà un échec démocratique ! Si l’on y ajoute les triturations constitutionnelles, la répression des libertés et droits publics, la fraude électorale, les scandales financiers qui l’ont rendu possible, c’est un échec moral. En vingt ans de prospérité rentière, le pays n’a pas pu s’offrir le début d’une économie de production qui aurait commencé à réduire notre double dépendance pétrolière et alimentaire ni amorcer le commencement d’une intégration industrielle… C’est plus une ruine économique. Ne parlons pas de l’école engluée dans le piège baâthiste et islamiste qui l’enferme dans une fonction de reproduction idéologique ni de l’université qui n’a plus l’immuabilité du prix du ticket de restaurant pour convaincre les étudiants de sa bonne gestion !
Malgré l’ampleur, encore cachée, du fiasco, le régime n’aura aucune difficulté à conserver son emprise sur le pays, sa rente et son peuple. Il peut même croire qu’il a réussi et que cette réussite légitime sa définitive mainmise sur notre destin. C’est souvent cela l’effet de cette espèce de consanguinité intellectuelle d’un personnel politique qui se parle à lui-même.

M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER