Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Détournement de démocratie

Aussitôt dit, aussitôt fait : Bouteflika est entré en campagne pour un cinquième mandat. Le “bain de foule” adapté qu’on lui a organisé hier pour sa sortie de la mosquée Ketchaoua annonce le début des manœuvres qui serviront à roder la machine électorale. Fait significatif : le slogan qui barre le poster géant accroché à la façade de l’édifice : “Ensemble pour une Algérie stable et prospère”.
Cette sortie aura, en outre, montré que les foules sont toujours aussi denses à se presser  sur son passage et à l’entourer dans ses haltes ; elles viennent l’applaudir, lui exprimer leur reconnaissance pour les bienfaits dont il couvre le peuple et le pays et crier leur attachement à la pérennité de son règne. On devine le secret de cette popularité, mais qu’importe : il suffit de noter qu’elle est annonciatrice de raz-de-marée électoraux à venir.
Le pouvoir dont il entame la vingtième année et qu’il se prépare à prolonger d’un mandat n’est donc pas usurpé. C’est du moins ce que les “bains de foule” sont censés démontrer. Certes, la forme physique ne paraissait pas être au rendez-vous hier et il sera difficile pour les metteurs en scène de la campagne qui débute de multiplier ces actions publiques. Comme pour le mandat écoulé, le sérail devra recourir à une campagne de promotion par procuration de son candidat. Le tout est de couvrir la période de bruits et d’images donnant à penser que son élection, sur un score nécessairement proche des habituels 80% et plus, n’aura pas été acquise sans efforts.
Parce que, depuis que les dictatures s’y sont mises, la démocratie ça sert à ça aussi : à se faire élire d’autorité. Et si, en prime, on peut faire passer un diktat de junte pour un choix populaire, même aux yeux de quelques-uns, ce sera toujours cette petite portion de légitimité de gagnée. Déjà qu’il y en a pas mal qui se forcent à le croire parce que leurs intérêts les y obligent…  
Ceux-là sont dans la paradoxale situation où ils offrent leur voix en soutien à l’usage autoritaire et détourné du vote, en soutien à la fraude ! Le résultat de ces élections préfabriquées s’avère alors être celui d’un mélange de suffrage et de triche. On peut l’observer dans les scrutins organisés par toutes les dictatures électorales, comme en Russie ou en Égypte par exemple : il y a toujours ces colonnes d’inconditionnels de l’ordre régnant qui crient plus fort que tous — parce qu’ils disposent de la puissance de communication de l’État — et qui tendent à crédibiliser par leur chahut un résultat de fraude. Ces candidats uniques au milieu de figurants vont, parfois, jusqu’à empêcher la candidature de sérieux concurrents pour qu’ils ne perturbent pas le processus de fraude. Mais comme nos autocrates ne peuvent pas se satisfaire de victoires relatives, ils succombent toujours à la tentation de “la majorité écrasante” et trahissent leur penchant totalitaire en s’arrogeant des scores soviétiques.
La résistance de ces régimes au mouvement historique qui pousse vers la démocratie est une résistance tactique. Et non politique. Elle consiste à détourner la démocratie et non à la contester. Il faut dire qu’ils n’en sont pas à un détournement près.

M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
Fraternity le 10/04/2018 à 14h24

Des pratiques d'un autre âge et d'une autre époque: Des procédés devenus obsolètes et dépassés même chez les dictatures africaines; Fermer la ville aux visiteurs et limiter la liberté de mouvement à nos concitoyens: Droit constitutionnel pas excellence! Pour les régimes voyous, la présence physique du despote entouré par la foule est un gage de fidélité et d'alliance à son pouvoir. Ils ne se sont pas contentés du pouvoir et les abus. Ils forcent même nos citoyens à venir les applaudir.

Fraternity le 10/04/2018 à 14h24

Des pratiques d'un autre âge et d'une autre époque: Des procédés devenus obsolètes et dépassés même chez les dictatures africaines; Fermer la ville aux visiteurs et limiter la liberté de mouvement à nos concitoyens: Droit constitutionnel pas excellence! Pour les régimes voyous, la présence physique du despote entouré par la foule est un gage de fidélité et d'alliance à son pouvoir. Ils ne se sont pas contentés du pouvoir et les abus. Ils forcent même nos citoyens à venir les applaudir.

Commentaires
2 réactions